Imperial Cleaning

Adolf Hitler

Les premiers succès du parti en milieu rural, en Saxe, dans le Mecklembourg, dans le Land de Bade valident son approche politique et renforcent la popularité de Hitler au sein du parti.

Navigation menu

Menu de navigation

In , he didn't even have the right to teach anymore, was considered a "completely dispensable" teacher, and was ordered up the Rhine to build fortifications, then drafted into the Volkssturm national militia, "the oldest member of the faculty to be called up".

The rectorate was an attempt to see something in the movement that had come to power, beyond all its failings and crudeness, that was much more far-reaching and that could perhaps one day bring a concentration on the Germans' Western historical essence. It will in no way be denied that at the time I believed in such possibilities and for that reason renounced the actual vocation of thinking in favor of being effective in an official capacity. In no way will what was caused by my own inadequacy in office be played down.

But these points of view do not capture what is essential and what moved me to accept the rectorate. However, philosopher Jacques Taminiaux writes that "it is to admit that the rectorate speech do[es] not tally at all with the Nazi-ideologie", [22] and Eduard Langwald calls it even a "challenge to Hitlerism" or an "anti-Mein-Kampf-address", [23] for Heidegger refers to Plato instead of Hitler who is not mentioned and, above all, puts limits on the Nazi leader-principle Führerprinzip:.

All leading must concede its following its own strength. All following, however, bears resistance in itself. This essential opposition of leading and following must not be blurred let alone eliminated. In this speech, Heidegger declared that "science must become the power that shapes the body of the German university.

The will to the essence of the German university is the will to science as will to the historical spiritual mission of the German people as a people ["Volk"] that knows itself in its state ["Staat"]. Together, science and German destiny must come to power in the will to essence. Heidegger also linked the concept of a people with " blood and soil " in a way that would now be regarded as characteristic of Nazism:.

François Fédier and Beda Allemann argue, however, that this topic was not at that time specifically Nazi. In , anti-fascist poet Antonin Artaud wrote that "Any true culture is based on race and blood.

There is much talk nowadays of blood and soil as frequently invoked powers. Literati, whom one comes across even today, have already seized hold of them.

Blood and soil are certainly powerful and necessary, but they are not a sufficient condition for the Dasein of a people. Heidegger's concept of a people is "historical" and not only biological as in Alfred Rosenberg , the Nazi Party's chief racial theorist.

In his —42 lecture course on Hölderlin's poem "Andenken", Heidegger contends that a people finding itself only in skull measurements and archaeological digs is unable to find itself as a people. The rectorate speech ended with calls for the German people to "will itself" and "fulfill its historical mission": But no one will even ask us whether we do or do not will, when the spiritual strength of the West fails and its joints crack, when this moribund semblance of a culture caves in and drags all forces into confusion and lets them suffocate in madness.

Each individual participates in this decision even when, and especially when, he evades it. There is revolution in Germany, and we must ask ourselves: Is there revolution at the university as well? The battle still consists of skirmishes. So far, a breakthrough has only been achieved on one front: The possibility could exist that the university will suffer death through oblivion and forfeit the last vestige of its educational power.

It must, however, be integrated again into the Volksgemeinschaft and be joined together with the State. This goal demands three things: Up to now, research and teaching have been carried on at the universities as they were for decades. Teaching was supposed to develop out of research, and one sought to find a pleasant balance between the two. It was always only the point of view of the teacher that spoke out of this notion.

No one had concerned himself with the university as community. Research got out of hand and concealed its uncertainty behind the idea of international scientific and scholarly progress. Teaching that had become aimless hid behind examination requirements. A fierce battle must be fought against this situation in the National Socialist spirit, and this spirit cannot be allowed to be suffocated by humanizing, Christian ideas that suppress its unconditionality. Danger comes not from work for the State.

It comes only from indifference and resistance. For that reason, only true strength should have access to the right path, but not halfheartedness The new teaching which is at issue here does not mean conveying knowledge, but allowing students to learn and inducing them to learn.

This means allowing oneself to be beset by the unknown and then becoming master of it in comprehending knowing; it means becoming secure in one's sense of what is essential.

It is from such teaching that true research emerges, interlocked with the whole through its rootedness in the people and its bond to the state.

The student is forced out into the uncertainty of all things, in which the necessity of engagement is grounded. University study must again become a risk , not a refuge for the cowardly. Whoever does not survive the battle, lies where he falls.

The new courage must accustom itself to steadfastness, for the battle for the institutions where our leaders are educated will continue for a long time. It will be fought out of the strengths of the new Reich that Chancellor Hitler will bring to reality.

A hard race with no thought of self must fight this battle, a race that lives from constant testing and that remains directed toward the goal to which it has committed itself. It is a battle to determine who shall be the teachers and leaders at the university. According to Farias and Ott, Heidegger also denounced or demoted three colleagues for being insufficiently committed to the Nazi cause. But this has been disputed by Eduard Langwald, who considers "Heidegger was never a Nazi-minded informer".

According to Hugo Ott, Heidegger leaked information on September 29, to the local minister of education that the chemist Hermann Staudinger had been a pacifist during World War I. Heidegger knew this could cost Staudinger his job. The Gestapo investigated the matter and confirmed Heidegger's tip.

Asked for his recommendation as rector of the university, Heidegger secretly urged the ministry to fire Staudinger without a pension. As Langwald alleges Heidegger was himself a pacifist since World War I, he doubts that Heidegger could so suddenly become a "pacifist hunter" acting "furiously macho", [29] and asserts Ott did not interpret the facts properly.

After Hitler's "Peace Speech" of May 17, , Heidegger more likely wanted to test Staudinger, because as a chemist his researches could become dangerous. Safranski, although he charges Heidegger, recognizes: He felt he was a part of the revolutionary movement, and it was his intention to keep opportunists away from the revolutionary awakening. They were not to be allowed to sneak into the movement and use it to their advantage.

Heidegger in the same spirit denounced his former friend Eduard Baumgarten in a letter to the head of the organization of Nazi professors at the University of Göttingen , where Baumgarten had been teaching. He intervened as Baumgarten applied for membership in the SA brownshirts and in the National Socialist Dozentenschaft. In the letter, Heidegger called Baumgarten "anything but a National-Socialist" and underlined his links to "the Heidelberg circle of liberal-democratic intellectuals around Max Weber.

The Catholic intellectual Max Müller was a member of the inner circle of Heidegger's most gifted students from to Seven months later, Heidegger fired Müller from his position as a student leader because Müller was "not politically appropriate. Heidegger also fired a Nazi student leader because he was this time too favorably disposed toward the regime see Picht's testimony.

On November 3, , Heidegger issued a decree applying the Nazi racial policies to the students of Freiburg university. These laws meant that Jews were now indirectly and directly dissuaded or banned from privileged and superior positions reserved for "Aryan Germans. After , Heidegger declined to direct the doctoral dissertations of Jewish students: And in his letter denouncing Baumgarten, cited above, Heidegger wrote that "after failing with me" [not as a student but as a friend!

Eduard Fränkel , a noted professor of classics at Freiburg. Moreover, Heidegger did indeed write a "very impressive letter to the Education minister" Hugo Ott in July , this one authentic, to defend Eduard Fränkel against the new anti-Semitic law.

Heidegger intervened as rector to help several other Jewish colleagues. He wrote appeals in defense of three Jewish professors, including Fränkel, all of whom were about to be fired for racial reasons. There are nevertheless troubling passages from Heidegger's lecture and seminar courses from the period of the Nazi Gleichschaltung.

The enemy is one who poses an essential threat to the existence of the people and its members. The enemy is not necessarily the outside enemy, and the outside enemy is not necessarily the most dangerous.

It may even appear that there is no enemy at all. The root requirement is then to find the enemy, bring him to light or even to create him, so that there may be that standing up to the enemy, and so that existence does not become apathetic. All the keener and harsher and more difficult is then the struggle, for only a very small part of the struggle consists in mutual blows; it is often much harder and more exhausting to seek out the enemy as such, and to lead him to reveal himself, to avoid nurturing illusions about him, to remain ready to attack, to cultivate and increase constant preparedness and to initiate the attack on a long-term basis, with the goal of total extermination [ völligen Vernichtung ].

In his advanced contemporary seminars "On the Essence and Concept of Nature, State and History," Heidegger expostulated in essentialising terms concerning "semitic nomads" and their lack of possible relation to the German homeland, "drifting" in the "unessence of history":. History teaches us that nomads did not become what they are because of the bleakness of the desert and the steppes, but that they have even left numerous wastelands behind them that had been fertile and cultivated land when they arrived, and that men rooted in the soil have been able to create for themselves a native land, even in the wilderness…the nature of our German space would surely be apparent to a Slavic people in a different manner than to us; to a Semitic nomad, it may never be apparent.

Beginning in , the philosopher Edmund Husserl championed Heidegger's work, and helped him secure the retiring Husserl's chair in Philosophy at the University of Freiburg.

On April 6, , the Reichskommissar of Baden Province, Robert Wagner, suspended all Jewish government employees, including present and retired faculty at the University of Freiburg. Husserl, who was born Jewish and was an adult convert to Lutheran Christianity, was affected by this law. Heidegger did not become Rector until April 22, so it was Heidegger's predecessor as Rector who formally notified Husserl of his "enforced leave of absence" on April 14, Then, the week after Heidegger's election, the national Reich law of April 28, came into effect, overriding Wagner's decree, and requiring that all Jewish professors from German universities, including those who had converted to Christianity, be fired.

The termination of Husserl's academic privileges thus did not involve any specific action on Heidegger's part. Heidegger had by then broken off contact with Husserl, other than through intermediaries. Heidegger later claimed that his relationship with Husserl had become strained after Husserl publicly "settled accounts" with him and Max Scheler in the early s.

Prior to that there was his self-initiated break in relations with me - in fact, soon after his appointment at Freiburg - and, over the last few years, his anti-Semitism, which he came to express with increasing vigor - even against the coterie of his most enthusiastic students, as well as around the department. Heidegger did not attend his former mentor's cremation in He spoke of a "human failure" and begged pardon in a letter to his wife. There is no truth to the oft-repeated story that during Heidegger's time as Rector, the University denied Husserl access to the university library.

However, in , under pressure from publisher Max Niemeyer, Heidegger did agree to remove the dedication to Husserl from Being and Time , but it could still be found in a footnote on page 38, thanking Husserl for his guidance and generosity. Husserl, of course, had died several years earlier. The dedication was restored in post-war editions. According to Emmanuel Faye, Heidegger supported the "necessity of a Führer " for Germany as early as In a number of speeches during November , Heidegger endorses the Führerprinzip "leader principle" , i.

For example, in one speech Heidegger stated:. Let not propositions and 'ideas' be the rules of your being Sein. The Führer alone is the present and future German reality and its law. Learn to know ever more deeply: In another speech a few days later, Heidegger endorsed the German election of November , in which the electorate was presented with a single Nazi-approved list of candidates:.

The German people has been summoned by the Führer to vote; the Führer, however, is asking nothing from the people; rather, he is giving the people the possibility of making, directly, the highest free decision of all: There is only one will to the full existence Dasein of the State. The Führer has awakened this will in the entire people and has welded it into a single resolve.

Later in November , Heidegger attended a conference at the University of Tübingen organized by the students of the university and the Kampfbund , the local Nazi Party chapter. In this address, he argued for a revolution in knowledge, a revolution that would displace the traditional idea that the university should be independent of the state:.

We have witnessed a revolution. The state has transformed itself. This revolution was not the advent of a power pre-existing in the bosom of the state or of a political party. The national-socialist revolution means rather the radical transformation of German existence.

In that interview, he stated: Such things as that I stopped saying by In a recent book, however, Hans Jonas , a former student of Heidegger, argues that Heidegger's endorsement of the "Führer principle" stemmed from his philosophy and was consistent with it:. But as to Heidegger's being, it is an occurrence of unveiling, a fate-laden happening upon thought: Jonas' reading can be supported by citations from Heidegger's lectures during and immediately following the time he was rector.

In "On the Essence and Concept of Nature, History and State", for instance, Heidegger appears to give a direct ontological sanction to Hitler's absolute rule:. The origin of all political action is not in knowledge, but in being.

Every Führer is a Führer, must be a Führer [italics in original], in accordance with the stamp in his being, and simultaneously, in the living unfolding of his proper essence, he understands, thinks, and puts into action what the people and the state are.

In his class on Holderlin, Heidegger is able to comment that "The true and only Fuhrer makes a sign in his being towards the domain [ bereich , empire] of the demigods. In his postwar justification, Heidegger claimed he resigned the rectorship in April because the ministry in Karlsruhe had demanded the dismissal of the deans Erik Wolf and Wilhelm von Mollendorf on political grounds.

By the beginning of , there were reports in Berlin that Heidegger had established himself as 'the philosopher of National Socialism'. But to other Nazi thinkers, Heidegger's philosophy appeared too abstract, too difficult, to be of much use [ It is not surprising that his enemies were able to enlist the support of Alfred Rosenberg , whose own ambition it was to be the philosopher of Nazism himself. After he resigned from the rectorship, Heidegger withdrew from most political activity but he never withdrew his membership in the Nazi party.

What today is systematically touted as the philosophy of National Socialism, but which has nothing in the least to do with the inner truth and greatness of this movement namely the encounter of a globally determined technology with the man of the new age , darts about with fish-like movements in the murky waters of these 'values' and 'totalities'. The whole lecture shows that I was at that time an adversary of the regime. The understanding ears knew therefore how to interpret the sentence.

One had to throw them a crumb here and there in order to keep freedom of teaching and speaking. This lecture was published in under the title An Introduction to Metaphysics.

In the published version, Heidegger left the sentence, but added a parenthetical qualification: However, Heidegger did not mention that this qualification was added at the time of publication, and was not part of the original lecture. This raised concerns in post-Nazi Germany that Heidegger was distinguishing a "good Nazism" from a "bad Nazism", a contention supported by his philosophical opponents, including Bauemler [ citation needed ].

The controversial page of the manuscript is missing from the Heidegger Archives in Marbach. Heidegger defended himself during the denazification period by claiming that he had opposed the philosophical bases of Nazism, especially biologism and the Nazi interpretation of Nietzsche's The Will to Power.

However, in a lecture, Heidegger still sounded rather ambiguous as to whether Nietzsche's thought was compatible with Nazism, or at least with that hypothetical "good Nazism": According to personal notes made in not published until , Heidegger took stong exception to Hitler's statement, "There is no attitude, which could not be ultimately justified by the ensuing usefulness for the totality.

Who makes up this totality? Eighty million-strong extant human mass? Does its extantness assign to this human mass the right to the claim on a continued existence?

How is this totality determined? What is its goal? Is it itself the goal of all goals? Wherein lies the justification for this goal-setting? On what is this principle grounded?

Does comprehensibility justify legitimacy? However, in a lecture, published posthumously, Heidegger was once again ambiguous on the subject of Nazism. During a discussion of then recent German classics scholarship, he said that: This overenthusiasm on the part of academics seems not even to notice that with such "results" it does National Socialism and its historical uniqueness no service at all, not that it needs this anyhow. In the same lecture, he commented on America's entry into World War II, in a way that seems to identify his philosophy with the Nazi cause:.

The entry of America into this planetary war is not an entry into history. No, it is already the last American act of America's history-lessness and self-destruction. This act is the renunciation of the Origin. It is a decision for lack-of-Origin.

Among Heidegger's students, Günther Anders saw in Heidegger's lectures a "reactionary potential", and Karl Löwith said that in Rome his master spoke enthusiastically of Hitler. Walter Biemel, Heidegger's student in , testified in Heidegger was the only professor not to give any Nazi salutations prior to beginning his courses, even though it was administratory obligatory. Some conversations in those times could cost you your head.

I had many such conversations with Heidegger. There is absolutely no doubt he was a declared adversary of the regime. Siegfried Bröse, relieved of his functions as subprefect by the Nazis in , and subsequently one of Heidegger's teaching assistants, wrote to the de-Nazification hearing:. Heidegger's lectures were attended not only by students but also by people with long-standing professions and even by retired people, and every time I had the occasion to talk with these people, what came back incessantly was their admiration for the courage with which Heidegger, from the height of his philosophical position and in the rigor of his starting point, attacked National Socialism.

Equally, Hermine Rohner, a student from to , bears testimony to the fact Heidegger "wasn't afraid, as for him, even in front of students from all faculties so not only "his" students , to attack National Socialism so openly that I hunched up my shoulders.

Due to what he calls Heidegger's "spiritual resistance", Czech resistance fighter and former Heidegger student Jan Patocka included him among his "heroes of our times". He was another of Heidegger's students, aided by Heidegger in in obtaining a fellowship to study in Rome, where he lived between and In an account set down in and not intended for publication, Löwith noted that Heidegger was wearing a swastika pin, even though he knew that Löwith was Jewish.

Löwith recounted their discussion about editorials published in the Neue Zürcher Zeitung: He left no doubt about his faith in Hitler; only two things that he had underestimated: Now, as before, he was convinced that National Socialism was the prescribed path for Germany.

Heidegger told me unreservedly that I was right and developed his idea by saying that his idea of historicity [ Geschichtlichkeit ] was the foundation for his political involvement. In response to my remark that I could understand many things about his attitude, with one exception, which was that he would permit himself to be seated at the same table with a figure such as Julius Streicher at the German Academy of Law , he was silent at first.

At last he uttered this well-known rationalisation which Karl Barth saw so clearly , which amounted to saying that "it all would have been much worse if some men of knowledge had not been involved. He didn't understand it. For commentators such as Habermas who credit Löwith's account, there are a number of generally shared implications: During the hearings of the Denazification Committee, Hannah Arendt , Heidegger's former student and lover, who was Jewish, spoke on his behalf.

Arendt very cautiously resumed her friendship with Heidegger after the war, despite or even because of the widespread contempt for Heidegger and his political sympathies, and despite his being forbidden to teach for many years.

In September , the Denazification Committee published its report on Heidegger. He was charged on four counts: In , he wrote to his friend Heinrich Petzet: Thomas Sheehan has noted "Heidegger's stunning silence concerning the Holocaust ," in contrast to his criticism of the alienation wrought by modern technologies: In a lecture entitled "Das Ge-stell" "Enframing" , he stated:.

Agriculture is now a motorized food-industry — in essence, the same as the manufacturing of corpses in gas chambers and extermination camps, the same as the blockading and starving of nations [the Berlin blockade was then active], the same as the manufacture of hydrogen bombs.

Par mépris, le très nationaliste écrivain Ernst Jünger appelait Hitler Kniebolo dans son journal de guerre. Le communiste Bertolt Brecht le mettra en scène sous les traits du gangster Arturo Ui. Pour les étudiants chrétiens de la Rose blanche , revenus de leurs illusions initiales, il représentait l' Antéchrist [ ]. Les autres courants marxistes sont également actifs dans la résistance anti-nazie clandestine c'est le cas du futur chancelier Willy Brandt , en lien avec leurs directions en exil pour les partis les plus importants SPD, SAP , KPD-O.

La terreur et la répression menées par la Gestapo limitèrent l'impact de la résistance allemande au nazisme. Ces succès ne doivent cependant masquer ni les conditions sociales et politiques dans lesquelles les améliorations économiques ont été obtenues, ni les pénibles situations de pénurie alimentaire, l'imposition d' ersatz de pauvre qualité en remplacement des importations condamnées par l' autarcie , et le manque de devises dès Les femmes ont été renvoyées de force au foyer [ ].

En quelques années, Hitler s'est de fait identifié à la nation , canalisant au profit de sa personne le sentiment patriotique même de citoyens réservés envers le nazisme. Bien des esprits se sont laissés fasciner aussi par l' irrationalisme nazi, avec son culte néo- romantique de la nuit, du sang, de la nature, son goût des uniformes et des parades , ses rituels et ses cérémonies spectaculaires ressuscitant un univers médiéval ou païen, et par l'appel efficace aux héros mythiques du passé national Arminius , Barberousse , Frédéric II du Saint-Empire , Frédéric II de Prusse , Andreas Hofer , Otto von Bismarck … , mobilisés rétrospectivement comme précurseurs du Führer providentiel [ ].

Pourtant victimes de maintes tracasseries, les Églises en tant qu'institutions ont peu cherché à s'opposer à un chancelier pourtant néo-païen et antichrétien. Hitler s'est toujours bien gardé de mettre en application les projets d'éradication du christianisme nourris par son bras droit Martin Bormann ou l'idéologue du parti Alfred Rosenberg.

Il a joué sur l' anticommunisme , l' antiféminisme et les aspects réactionnaires de son programme pour séduire les électorats religieux. La signature du concordat avec le Vatican , en juin , a été un triomphe personnel, qui a lié les mains à l'épiscopat et renforcé sa stature internationale. L'encyclique du pape Pie XI , Mit brennender Sorge , distribuée dans le plus grand secret aux paroisses catholiques allemandes pour y être lue le 21 mars , proteste contre les manquements de l'État allemand au concordat de , et dénonce avec une rare virulence les excès idéologiques du régime nazi comme la divinisation de la race et le culte de la personnalité du chef de l'État.

Elle exhorte les prêtres et les laïcs à résister à la dissolution des structures catholiques et à la mainmise de l'éducation officielle sur la morale des enfants, sans toutefois condamner le régime politique en place. En somme, l'église catholique, minoritaire parmi les églises chrétiennes allemandes, choisit une attitude de composition avec le régime nazi.

Un petit nombre de catholiques choisissent cependant de résister au régime , par exemple en sauvant des Juifs même non mariés à des catholiques. Contrairement à une légende, Hitler n'était avant ni le candidat ni l'instrument des milieux d'affaires. Alors que tous les éléments conservateurs militaires, aristocrates, hommes d'Église ont fourni leur tribut à la faible résistance allemande , le patronat y est resté remarquablement peu présent.

Une des rares exceptions est paradoxalement celle de son très ancien partisan Fritz Thyssen , qui rompt avec Hitler et fuit le Reich en , avant de lui être livré l'an suivant par l' État français et interné. L'historien Götz Aly insiste quant à lui sur le fait que les bénéfices matériels de l' aryanisation et du pillage de l'Europe, plus que l'idéologie, ont rendu maints Allemands redevables et complices de leur Führer.

Les centaines de trains de biens volés aux Juifs assassinés n'ont pas été perdus pour tout le monde, ni les milliers de logements vacants qu'ils étaient contraints d'abandonner [ ].

Hitler rejette dans un même mépris capitalisme et marxisme. Son nationalisme raciste est l'élément essentiel. Il est fortement marqué à droite, y compris dans les alliances nouées. Après les divisions civiles des années , certains Allemands ne demandent qu'à partager cette vision. Ayant déjà pris ses distances avec la partie socialisante du programme nazi à la fin des années , Hitler achève de refuser l'idée d'une révolution sociale après la purge de Röhm et la liquidation des SA.

Peu doué lui-même en économie, le Führer fait très vite contre la crise le choix d'un pragmatisme brutal, écartant du gouvernement le vieux théoricien économique nazi Gottfried Feder au profit du sympathisant et brillant spécialiste plus classique Hjalmar Schacht , ancien directeur de la Reichsbank.

Dès mai , les syndicats dissous laissent la place au Front allemand du travail DAF , organisation corporatiste nazie, dirigée par Robert Ley. Plusieurs sous-organisations dépendaient du DAF, dont la Kraft durch Freude chargée d'encadrer les loisirs des travailleurs ou d'embellir leurs cantines et leurs lieux de travail.

En , la production industrielle dépasse de peu son niveau de Devant le refus de Hitler, qui considère le réarmement comme une priorité absolue, Schacht quitte son poste début au profit de Göring. Seuls la fuite en avant dans l'expansion, la guerre et le pillage ont sans doute permis à Hitler d'éviter une grave crise financière et économique finale [ ]. La diplomatie du Troisième Reich est essentiellement conçue et dirigée par Hitler en personne.

En juin de la même année, Londres et Berlin signent un accord naval, qui autorise le Reich à devenir une puissance maritime. Hitler lance alors un programme de réarmement massif, créant notamment des forces navales Kriegsmarine et aériennes Luftwaffe.

Les Jeux olympiques d'hiver de à Garmisch-Partenkirchen ont constitué une formidable vitrine pour la propagande, surtout pour faire oublier sa politique du fait accompli et mettre au pied du mur le Royaume-Uni et la France dans ce que Hitler projette de faire.

Abetz y voit une bonne opportunité de communication pour contrecarrer la ratification du pacte franco-soviétique par un vote de la Chambre des députés devant avoir lieu le 27 février. Le but des Allemands était de faire retarder la publication pour ensuite pouvoir dire que les bonnes intentions de Hitler avaient été cachées aux Français et ainsi adopter des contre-mesures. Ce que dit Hitler dans son interview dans Paris-Midi est calibré pour le public français et représentatif de ses talents de manipulateur.

Si vous ne la saisissez point, songez à votre responsabilité vis-à-vis de vos enfants! Vous avez devant vous une Allemagne dont les neuf dixièmes font pleine confiance à leur chef, et ce chef vous dit: Dès le 7 mars , Hitler revient sur ses paroles de paix en remilitarisant la Rhénanie , violant une nouvelle fois le traité de Versailles ainsi que les accords de Locarno. Le succès est éclatant pour Hitler. Certains intellectuels font ainsi le pèlerinage du congrès de Nuremberg, comme le futur collaborationniste Robert Brasillach.

Le journaliste Fernand de Brinon , premier Français à interviewer le nouveau chancelier en , sera un militant proche du nazisme, et le représentant du régime de Vichy en zone nord dans Paris occupé.

Le 13 juin , le premier ministre fascisant de Hongrie , Gyula Gömbös , est le premier chef de gouvernement étranger à rendre une visite officielle au nouveau chancelier allemand.

La France a renoncé à boycotter les Jeux et sa délégation olympique défile devant Hitler le bras tendu le salut olympique ressemblant au salut nazi. En juillet , Hitler apporte son soutien aux insurgés nationalistes du général Franco lors de la guerre d'Espagne. En juin à Venise, lors de leur première rencontre, Mussolini a toisé de haut Hitler, vêtu en civil et mal à l'aise face à celui qui lui a longtemps servi d'inspirateur.

Le dictateur italien empêche en juillet l'annexion de l'Autriche en envoyant des troupes au col du Brenner après l'assassinat du chancelier autoritaire Engelbert Dollfuss par les nazis autrichiens. Celle-ci tente de déstabiliser le pouvoir autrichien, notamment par des actes terroristes. Hitler lance alors un ultimatum exigeant la remise complète du pouvoir aux nazis autrichiens.

Le 12 mars, Seyss-Inquart est nommé chancelier, et la Wehrmacht entre en Autriche. Hitler franchit lui-même la frontière par sa ville natale de Braunau am Inn , puis arrive à Vienne où il est triomphalement acclamé par une foule en délire. Poursuivant ses objectifs pangermanistes , Hitler menace ensuite la Tchécoslovaquie.

Les régions de la Bohême et de la Moravie situées le long des frontières du Grossdeutschland, appelé Sudètes , sont majoritairement peuplées par la minorité allemande.

Paris veut absolument éviter le conflit militaire, incitée en cela par le refus britannique de participer à une éventuelle intervention. Le souvenir de la Grande Guerre influence également cette attitude: Le 29 septembre , conformément à une proposition de Mussolini faite la veille, Adolf Hitler, le président du Conseil français Édouard Daladier , le Premier ministre britannique Neville Chamberlain et le Duce italien Benito Mussolini , réunis dans la capitale bavaroise, signent les accords de Munich.

En échange, Hitler, manipulateur, assure que les revendications territoriales du Troisième Reich s'arrêteront là. Mais alors que les opinions publiques française et britannique sont enthousiastes, Winston Churchill commente: De fait, Hitler rompt sa promesse à peine quelques mois plus tard. En annexant des populations slaves et non plus allemandes, Hitler a jeté le masque: Cette région donne à la Pologne un accès à la mer Baltique et sépare la Prusse-Orientale du reste du Reich.

Ce pacte est un nouveau revers pour la diplomatie française. En outre, la Pologne est prise en tenaille.

Pologne occidentale pour la première, Pologne orientale Polésie , Volhynie , Galicie orientale et Pays baltes pour la seconde. Le 30 août , Hitler lance un ultimatum pour la restitution du corridor de Dantzig. Cette fois-ci, la France et le Royaume-Uni sont décidés à soutenir le pays agressé. Slovaquie , Hongrie , Roumanie , Bulgarie. Comptant sur la reconnaissance du Caudillo qui a gagné la guerre civile espagnole , il le rencontre à Hendaye le 23 octobre Prudent, le dictateur espagnol sait que l'Angleterre ne peut plus déjà être envahie ni vaincue avant , et que le jeu reste ouvert.

Au lendemain de l'entrevue de Hendaye, le 24 octobre , Hitler s'arrête à Montoire où la collaboration d'État française est officialisée au cours d'une entrevue avec Pétain. La poignée de main symbolique entre le vieux maréchal et le chancelier du Reich frappe de stupeur l'opinion française.

En novembre , le Grand Mufti de Jérusalem, Amin al-Husseini , rencontre Adolf Hitler et Heinrich Himmler , souhaitant les amener à soutenir la cause nationaliste arabe. Amin al-Husseini relaie la propagande nazie en Palestine et dans le monde arabe et participe au recrutement de combattants musulmans, concrétisé par la création des divisions de Waffen-SS Handschar , Kama et Skanderberg , majoritairement formées de musulmans des Balkans.

Le 18 juin , Hitler visite Paris pour la première fois. Il passe en revue les troupes des détachements de la Wehrmacht qui défilent devant le général Walther von Brauchitsch et le général Fedor von Bock , commandant en chef du groupe d'armées B. Pour finir, il descend le boulevard Saint-Michel à pied, ses deux gardes du corps à distance. Place Saint-Michel , il remonte en voiture.

Un survol de la ville complète sa visite. Il ne reviendra plus jamais à Paris [ ] , [ ]. Le 6 juillet , Hitler revient à Berlin pour célébrer la victoire écrasante de l'Allemagne sur la France: C'est sa dernière parade militaire et la dernière fois qu'il est ovationné [ ]. En particulier, la défaite rapide de la France en juin est un véritable triomphe pour Hitler, qui est acclamé par une foule massive à son retour à Berlin en juillet. Cependant, cet éternel joueur de dés remet tout en jeu en agressant l'URSS le 22 juin , décision à terme fatale.

La guerre radicalise son régime et lui fait prendre ses traits les plus meurtriers. Son mépris total du droit international a facilité la tâche à Hitler, tout comme son absence complète de scrupules et la passivité frileuse ou la naïveté de nombre de ses victimes.

Au procès de Nuremberg , le Troisième Reich se verra reprocher la violation de 34 traités internationaux. Toutefois, Hitler lui-même démontre une certaine habileté et audace stratégique.

Plus tard, à l'issue de la bataille de Stalingrad , ses collègues utilisent l'acronyme Gröfaz en tournant Hitler en ridicule [ ]. Le 22 juin, dans la clairière de Rethondes , lors de l' Armistice franco-allemand qu'il a symboliquement exigé de voir signer dans la même clairière et le même wagon qu'en , Hitler exulte devant les caméras des actualités allemandes. Hitler est plutôt enclin à des relations cordiales avec les Anglais, considérés racialement comme proches des Germaniques.

Mais sur ce point, la détermination de Winston Churchill , arrivé au pouvoir le 10 mai , contraste avec les atermoiements de ses prédécesseurs. Refusant toute paix de compromis, galvanisant la population britannique, il contrarie les plans du Führer. La bataille aérienne a pris fin comme pat militaire, mais elle était une défaite politique et stratégique pour Hitler, qui n'avait pas réussi, pour la première fois, à imposer sa volonté à un pays [ ]. Il déchaîne alors les bombardements terroristes sur les populations civiles britanniques: Mais la détermination populaire britannique reste intacte.

Par ailleurs, la guerre sous-marine à outrance rapproche le Royaume-Uni des États-Unis, soucieux de la liberté de commerce et de navigation. Au printemps , l'Allemagne se trouve dans une situation de guerre critique et a un choix à faire: Cependant Halifax ne semble pas prêt à négocier et l'annonce publiquement dans un discours radiodiffusé.

Suite à la décision de l'Angleterre de continuer la guerre, Hitler se retrouve face à une alternative: De plus, la destruction de la Russie permettrait à l'Allemagne d'étendre son territoire et ainsi de gagner de la puissance grâce à une croissance démographique [ ].

La volonté de Hitler n'était pas uniquement territoriale mais également idéologique, la Russie étant signe de la domination juive. Effectivement, les avis divergent, le commandant en chef de l'armée de terre, le feld-maréchal Werner Brauchitsch et le chef de l'état-major général de l'armée de terre, le colonel-général Hadler déclarent qu'il est préférable d'entretenir de bonnes relations avec la Russie. Ils focalisent ainsi leurs efforts militaires sur la possibilité d'attaquer les positions britanniques en Méditerranée.

Suite à cela, Reader, commandant en chef de la Marine allemande, décide de mettre en place une stratégie méditerranéenne dans le but de prendre possession de l'élément clé de l'Angleterre. Cette stratégie échoue principalement à cause de la taille trop restreinte de la flotte maritime allemande, en particulier si la guerre devenait mondiale avec l'entrée en guerre des États-Unis. Cette stratégie vise à faire sortir la Grande-Bretagne de la guerre afin de pouvoir se concentrer, par la suite, uniquement sur l'Union soviétique.

La prise de Gibraltar est également sérieusement envisagée par Hitler, celle-ci lui permettant d'obliger la Grande-Bretagne à quitter la Méditerranée afin que l'Axe soit entièrement en sa possession. La domination de la Méditerranée était effectivement d'une grande importance dans la continuation de la guerre mais cette stratégie ne marchera pas, en partie dû au refus de l'Espagne d'entrer en guerre. La prise de Gibraltar reste malgré tout réalisable mais engendrerait un coût militaire et politique trop élevé.

En janvier , Hitler se retrouve face à des conditions politiques défavorables [ ]. Effectivement, celui-ci ne pouvant pas satisfaire à la fois l'Espagne, la France et l'Italie, il se retrouve sans alliés et décide d'abandonner toutes les stratégies concernant une éventuelle attaque de la Grande-Bretagne. Tous les plans présentés à la fin de l'été et à l'automne ne seront également pas lancés, ceux-ci étant considérés comme trop risqués au vu de la situation actuelle de l'Allemagne. Hitler prend donc la décision de renoncer à cette attaque pour se tourner vers celle de l'URSS, bataille qu'il considère comme envisageable.

Le déclenchement du second conflit mondial inaugure un processus de décapitalisation de Berlin, la capitale du Reich: Mais, cet état de fait est nuancé par le décret du 30 août , qui met en place un conseil ministériel de défense du Reich, organisé autour de Göring et conçu comme un organe de décision collégiale, ce qui n'a pas été le cas par la suite, laissant dans les faits l'autorité de décision aux responsables administratifs du Reich [ ].

Après la disparition de Rudolf Hess , la place qu'il occupait est progressivement occupée par Martin Bormann, qui s'appuie sur une hypothétique volonté du Führer [ ].

Au cours du conflit, il est de plus en plus difficile pour les ministres d'avoir accès direct au chancelier [ ]. In fine , ces chancelleries, par ailleurs en lutte féroce les unes contre les autres, forment un écran efficace entre le chancelier du Reich et certains de ses ministres, écran dont Bormann fait un instrument de pouvoir personnel très efficace [ ].

De plus, rendu furieux par les événements de l'automne et de l'hiver explosion d'une bombe lors d'une apparition publique de Hitler le 8 novembre , capture par les alliés d'officiers ayant sur eux les plans de l'offensive prévue, report en raison de conditions météorologiques peu propices [ ] , Hitler prête l'oreille, sur les conseils d'un de ses aides de camp et malgré les réserves de Franz Halder et de son état-major, au plan élaboré en commun par Erich von Manstein et Heinz Guderian , car il rencontre chez ces officiers une conversion opérationnelle de son idée de franchissement de la Meuse par surprise [ ].

Non content de participer à l'élaboration des plans de l'offensive prévue au printemps , Hitler s'implique également dans la guerre psychologique menée contre les Alliés: En outre, le Führer est inconscient de bien des problèmes du front. Comme Adolf Hitler accueille très mal les mauvaises nouvelles et tout ce qui ne correspond pas à ses plans, ses subordonnés hésitent à lui transmettre certaines informations.

Dès les premiers mois de l'offensive à l'Est, passé l'euphorie des premiers succès, Hitler se montre réservé, en privé, sur les chances de succès rapide dans la guerre contre l'Union soviétique: Si la conquête de l'Ukraine constitue un grand succès militaire, ce n'en reste pas moins une défaite contre le temps, qui est appelé à faire défaut lorsque la prise de Moscou devient la priorité [ ].

À partir de décembre , il planifie une guerre d'extermination terroriste à l'Est: Il interdit à ses troupes d'emporter du matériel d'hiver. Il divise son armée en trois groupes: Son racisme lui fait aussi interdire formellement à l'armée d'invasion de se chercher des alliés parmi les nationalistes locaux et les ennemis du régime stalinien. Le 19 décembre , alors que la retraite menace de se transformer en débâcle incontrôlable comme celle qui avait fait disparaître la Grande Armée napoléonienne en , Hitler prend directement le commandement de la Wehrmacht sur le front russe, évinçant le général von Brauchitsch ainsi que Guderian , von Bock et von Rundstedt.

Il interdit catégoriquement toute retraite, tout repli même stratégique, allant jusqu'à faire condamner à mort des officiers et des généraux qui en effectuent en lui désobéissant. Désormais, la guerre-éclair a fait son temps et Hitler a perdu tout espoir d'une guerre courte.

De surcroît, c'est au même moment qu'il déclare la guerre aux États-Unis , le 11 décembre , peu après l'attaque de Pearl Harbor le 7, dont ses alliés japonais ne l'avaient même pas prévenu, et sans bénéfice aucun pour le Reich, puisque l'empire japonais ne déclare nullement la guerre à l'URSS. Le Führer a fait donc inconsidérément entrer en lice le plus grand potentiel économique du monde, hors d'atteinte de ses Panzer et de ses bombardiers.

Hitler est désormais le maître absolu de l'armée et des opérations même Staline laisse après la bride sur le cou à ses généraux, tandis que Churchill , Roosevelt et de Gaulle ne prennent guère que des décisions politiques. Si l'échec frustrant devant Moscou radicalise encore ses projets meurtriers sa décision d' exterminer tous les Juifs d'Europe est prise au moment du ralentissement de l'avancée en Russie [ ] , Hitler dispose encore de forces armées redoutables et reste pour l'heure le maître tout-puissant de l'Europe conquise, des portes de Moscou à l'Atlantique.

Partout les économies locales sont donc placées sous tutelle, au profit exclusif du Troisième Reich et de son effort de guerre. Le pillage de l' Europe occupée est d'autant plus radical que Hitler tient absolument à maintenir un haut niveau de vie à la population allemande même en pleine guerre, pour éviter que ne se reproduise la révolte de novembre Placé sous l'autorité directe du seul Führer, Sauckel parvient, à force de chasses à l'homme et de rafles massives à l'Est, et en usant à l'Ouest davantage d'intimidations et de mesures coercitives conscription du travail et STO , à amener en deux ans plus de 8 millions de travailleurs forcés sur le territoire du Grand Reich.

Parmi eux, les travailleurs polonais et soviétiques Ostarbeiter ont été soumis à un traitement brutal et extrêmement discriminatoire, leur laissant à peine le minimum vital pour subsister [ ].

Parallèlement, le 8 février , Hitler a chargé son confident et architecte préféré, le jeune technocrate Albert Speer , de réorganiser l'économie de guerre du Reich. En ce début d'année , l'économie allemande n'est pas entièrement consacrée à la production de guerre. En centralisant la gestion de la production de guerre dans son ministère, le tout nouveau ministre de l'armement obtient rapidement des résultats [ ] permettant à l'économie allemande de soutenir l'effort de guerre.

Mais il met longtemps à vaincre les réticences de Hitler à proclamer la guerre totale voulue par Goebbels , le Führer ne voulant pas imposer aux Allemands des sacrifices susceptibles de nuire à son image et de les pousser à la révolte. Strictement appliquées à l'Est, faisant des victimes par dizaines de milliers, ces représailles massives sur les civils sont plus modérées à l'Ouest, où le racisme hitlérien ne méprise pas autant les populations, et où il faut tenir compte du plus haut niveau de développement et d'organisation des sociétés.

Elles n'en sont pas moins appliquées. Aussi, après une série d'attentats inaugurée par le coup de feu du colonel Fabien contre un officier allemand en plein Paris, Hitler ordonne personnellement l'exécution d'un certain nombre d'otages, qui seront fusillés notamment au camp de Châteaubriant.

En mars , lorsque la Résistance italienne tue 35 soldats allemands dans Rome occupée, Hitler exige que cent otages soient fusillés pour chaque tué: Le 10 juin , à la suite de l'exécution de son fidèle Heydrich par la résistance tchèque, Hitler ordonne la destruction totale du village de Lidice.

Au fil de l'évolution du conflit, la place grandissante dans la gestion au quotidien de la guerre affecte Hitler de diverses manières, physiquement et psychologiquement.

De plus, il intervient aussi bien dans le domaine militaire que technique et industriel, marquant de sa patte des choix dont certains se révèlent désastreux. Dans le même temps, le processus de décapitalisation de Berlin, initié dès le déclenchement du conflit, s'accentue au fil des déménagements des QG de campagne du Führer et chancelier [ ].

Ainsi, l'état physique du commandant en chef, atteint d'une maladie mal diagnostiquée, décline rapidement. Guderian , en février ] [ ] , et Hossbach , convoqué le 19 juillet à Rastenburg pour se voir confier le commandement de la 4 e armée [ ] , découvrent un homme prématurément vieilli, fatigué par ses insomnies à répétition, atteint d'un tremblement au bras gauche, au teint blême et au regard vague. Outre son état de fatigue générale, il est mal soigné par son médecin, le D r Theodor Morell [ ].

Du fait de ses insomnies, il adopte au fil du conflit un rythme de vie totalement décalé: La résistance soviétique transformant le conflit en guerre d'usure, Hitler assigne désormais à chacune des opérations sur le front de l'Est une dimension stratégique de conquête de lieux de production stratégiques: À partir du lancement de l' opération Fall Blau , Hitler se querelle sans cesse avec son chef d'état-major, Halder , soutenu par Alfred Jodl.

À la base de ces querelles, Halder et Hitler ont deux approches de la campagne de Cependant, Hitler, obnubilé par la conquête de l' espace vital , ne tire pas forcément de ses conceptions stratégiques les conclusions qui découlent de ses analyses stratégiques [ ]. Rapidement, il prend conscience de l'impasse militaire générée par ses choix et commence à se désintéresser de la situation militaire sur le terrain. Hitler devient ainsi de plus en plus méfiant à l'encontre de ses généraux, limoge List et Halder durant le mois de septembre , remplace Halder par Zeitzler, peu expérimenté [ ] , tout en donnant dans les directives édictées, non seulement des consignes impossibles à tenir, mais aussi un luxe de détails [ ].

Mais la défaite l'oblige à mettre en place une stratégie défensive, fortement inspirée de son expérience du front durant la Grande Guerre, causant des pertes probablement supérieures à ce qu'elles auraient dû être si un autre système de défense avait été adopté [ ].

De plus, Hitler perd fréquemment le contrôle de ses nerfs en présence de ses principaux officiers, même s'il ne s'est jamais roulé par terre, comme l'affirme la légende [ ]: Halder , Zeitzler, Guderian , par exemple: En , il est devenu impossible aux officiers allemands de remettre en cause les analyses de Hitler, y compris en avançant des arguments raisonnés [ ] ; cette impossibilité crée les conditions d'un divorce entre Hitler, arcbouté sur ses ordres de ne pas céder un pouce de terrain, et les états-majors, dont les recommandations sont en général ignorées par ce dernier [ ]: Cette défiance d'une partie du commandement à l'encontre de Hitler, secret de polichinelle selon un conjuré du complot du 20 juillet , Günther Smend , lors de ses aveux, crée les conditions de la préparation et de l'exécution d'un putsch militaire contre Hitler et la direction nazie [ ].

Les premières défaites l'obsèdent, Stalingrad en premier [ ]. Dans Stalingrad investie par les troupes de l' Axe , les opérations deviennent pendant des mois un enjeu symbolique, théâtre d'un duel direct entre Adolf Hitler et Joseph Staline. Depuis Vinnitza, d'où il supervise personnellement les opérations [ ] , il s'oppose durant tout l'automne à tout retrait de la ville, déjà partiellement investie, contre l'avis de ses généraux [ ].

Après une bataille urbaine acharnée, la VI e Armée de Friedrich Paulus , encerclée dans la ville, se rend, malgré la nomination de son chef au rang de Maréchal aucun maréchal allemand n'ayant jamais capitulé , et en dépit de l'interdiction formelle de Hitler de faire autre chose que de résister sur place.

L'échec de Stalingrad, au-delà des erreurs tactiques et stratégiques est une conséquence de la centralisation des pouvoirs militaires, autour de Halder d'abord, autour de Hitler ensuite, Hitler que ses généraux ne contredisent plus, malgré ses mauvaises estimations des rapports de force, ses ordres inadaptés et son désarroi face à une situation qui lui échappe de plus en plus [ ]. Il passe ainsi la majeure partie du deuxième semestre à Rastenburg , de plus en plus isolé [ ]. Le groupe A se dirige vers le Caucase et ses champs de pétrole, le groupe B se dirige vers Stalingrad.

Il ne change pas d'avis avant la fin de la bataille de Normandie. De plus, le lancement de l' offensive soviétique , le 22 juin , génère une nouvelle crise entre Hitler et ses généraux: De même, dans le domaine industriel, si Hitler assiste à de nombreuses présentations de matériel militaire [ ] , il n'en est pas moins responsable de choix désastreux pour la conduite de la guerre. En outre, la compétence certaine de Hitler en matière d'armements est limitée par son manque de vision d'ensemble [ ].

S'il est devenu évident pour tous, jusqu'au sein même de ses serviteurs, que la défaite est inéluctable et que Hitler mène l'Allemagne à la catastrophe, aucune cessation des combats n'est possible tant qu'il reste en vie.

Or, en Allemagne même, Hitler exerce une lourde répression après avoir survécu à l'attentat du 20 juillet Le pouvoir absolu de Hitler ne cesse de se renforcer au cours de la guerre. Ses victoires de ont renforcé la croyance de la population dans son infaillibilité, et rendu impossible la tâche de ceux qui auraient voulu le renverser.

En novembre à Munich, le catholique suisse Maurice Bavaud a tenté de tirer sur lui, il sera guillotiné. Le 8 novembre , lors de la commémoration annuelle de son putsch manqué à la brasserie Bürgerbräukeller , Hitler échappe à un attentat orchestré par Johann Georg Elser. Une autre tentative quelques jours plus tard, le 21 mars, où le colonel von Gersdorff doit se faire sauter en présence de Hitler lors d'une visite d'une exposition au Zeughaus à Berlin échoue aussi.

En vertu du principe totalitaire de la responsabilité collective, et se référant aux antiques coutumes de vengeance des peuplades germaniques Sippenhaft , Hitler fait envoyer les familles des conjurés dans des camps de concentration. Beaucoup périssent pendus à des crocs de boucher, le jour même de leur condamnation, à la prison berlinoise de Plotzensee. Le jour même de l'attentat, Hitler reçoit Mussolini en accomplissant tous les devoirs imposés par le protocole et dans un calme olympien, assurant lui-même le service du thé et lui servant de guide pour la visite des lieux de l'explosion [ ].

La réaction de la population à l'annonce de l'attentat est protéiforme: Même les Gauleiter, pour la plupart membres du parti depuis les années , sont frappés par la décrépitude physique de Hitler: Le lien entre les Allemands et le Führer se distend. À la suite de l' offensive d'hiver soviétique , en janvier , Hitler se désintéresse du sort des Allemands habitant dans les régions menacées par la poussée soviétique et ordonne à la fois l'évacuation de la population civile, de tout ce qui peut être évacué, ainsi que la destruction systématique de ce qui ne peut être envoyé vers l'Ouest [ ].

Il connaît des crises de fureur à chaque annonce d'effondrement des lignes de défense à l'Est: D'autres généraux, comme Friedrich Hossbach , sont simplement limogés pour n'avoir pas été en mesure de parvenir aux objectifs qui leur avaient été assignés dans son cas, la reconquête de Varsovie [ ].

Avec Joseph Goebbels , il présente à travers la presse l'affrontement comme une version moderne des guerres puniques, une guerre de la civilisation européenne contre une invasion barbare, qui sera gagnée grâce à un effort suprême par la nation et ses chefs. Dans la même ligne, le Völkischer Beobachter explique à ses lecteurs la nature du conflit en cours en insistant sur le poids des unités mongoles au sein de l' Armée rouge [ ].

À partir de janvier , devant le refus systématique essuyé à chaque demande de retraite de leurs unités, des officiers de plus en plus nombreux dissimulent certains mouvements de troupes à Hitler: De même, à partir du 20 janvier, l'ordre de retraite ayant enfin été donné, le général Rheinhardt chargé de la défense de la Prusse Orientale, ne rend compte ni à Koch , Gauleiter de Prusse Orientale, ni, par conséquent à Hitler qui en aurait été informé par Koch , pendant quelques jours, de la retraite allemande et de l'abandon de positions directement menacées par l'Armée Rouge dans la région de Lötzen , malgré les ordres stricts de Hitler et de son état-major le plus proche [ ].

Ces autorisations de retraite trop tardives contribuent à amplifier le désastre en cours et rendent chaque repli encore plus problématique [ ]. Cet ordre ne sera pas respecté. Cet ordre est en réalité l'aboutissement de consignes données depuis Le 16 octobre , alors que le territoire du Reich est directement menacé, Hitler ordonne de transformer chaque maison de chaque village en forteresse, destinée à être défendue jusqu'à son effondrement [ ].

Au mois de mars, rendu furieux par l'échec de l' offensive en Hongrie , il ordonne à la Leibstandarte de retirer le brassard à son nom, que portent les hommes de cette division [ ]. En avril , le Reich est aux abois: Dans les rues de ces deux villes, les SS pendent encore en public ceux qui parlent de cesser un combat sans espoir. Sur des cadavres de civils pendus à des lampadaires, des pancartes précisent par exemple: Les dernières images de Hitler filmées, en pleine bataille de Berlin , le montrent décorant ses derniers défenseurs: Le 20 avril, les hauts dirigeants nazis viennent une dernière fois saluer hâtivement leur maître pour son anniversaire, avant de tous s'enfuir précipitamment loin de Berlin, attaquée par l'Armée rouge.

Le même jour, Hitler visite l'exposition présentant les derniers modèles d'armes, organisée dans la cour de la chancellerie du Reich [ ] et ordonne que du matériel, stocké dans des wagons de chemins de fer, soit déchargé et donné aux unités combattantes [ ]. Terré au fond de son Führerbunker , Hitler refuse de partir pour la Bavière et choisit de rester à Berlin pour mieux mettre en scène sa mort.

La décision de rester définitivement à Berlin et de se suicider est prise dans les jours suivants [ ]. Le 23, Albert Speer revient en avion dans Berlin assaillie pour refaire ses adieux à Hitler. Les dernières crises internes du régime ont lieu quand au soir du 25, Hermann Göring , toujours nominalement héritier de Hitler, lui envoie, sur la foi de ce qui lui avait été rapporté de la crise de désespoir du 22 avril [ ] , un télégramme de Bavière où il se trouve lui demandant s'il peut prendre la direction du Reich conformément aux dispositions de Persuadé par Bormann d'y voir à tort un ultimatum et un coup de force du Reichsmarschall , Hitler, furieux, destitue Göring et le fait placer sous la surveillance des SS au Berghof [ ].

Sa fureur redouble le 27 quand la radio alliée lui apprend que son fidèle Himmler a tenté à son insu de négocier avec les Occidentaux. Selon Kershaw, la mort de Fegelein serait en réalité un substitut au sort destiné à Himmler si ce dernier était tombé en son pouvoir [ ]. En réalité, comme Göring, Himmler a été informé de l'accès de désespoir du 22 avril , et comme ce dernier, il en a déduit qu'il disposait des mains libres pour ses négociations avec les alliés occidentaux [ ].

Ce calcul entraîne son exclusion immédiate du NSDAP et son arrestation, son rapatriement à Berlin, prélude à sa condamnation à mort [ ]. Le 28 avril , dans un accès de rage, il limoge le général Heinrici , qui venait de refuser d'exécuter une consigne impossible à accomplir, donnée par Keitel et Jodl [ ]. Dans la nuit du 29 avril , après avoir été marié à Eva Braun par Walter Wagner , Hitler dicte à sa secrétaire Traudl Junge un testament privé puis un testament politique, exercice d'autojustification où il nie sa responsabilité dans le déclenchement de la guerre.

Curieusement, le texte ne dit mot du bolchévisme, au moment même où les Soviétiques s'emparent de Berlin. En revanche, l'obsession antisémite de Hitler y apparaît toujours intacte. De nombreuses autres thèses circulent, impliquant parfois un tiers qui aurait tiré la balle, mais elles sont considérées comme fantaisistes.

Le 8 mai , le Troisième Reich capitule sans condition. Nombre de rumeurs ont circulé sur la possibilité que Hitler ait survécu à la fin de la guerre. Conformément aux volontés du Führer, leurs dépouilles ont été brûlées et sont méconnaissables [ ]. La dentition supérieure de Hitler comporte un bridge récent.

En juin , les derniers témoins du Führerbunker , détenus par le NKVD , sont amenés sur les lieux du suicide. De nouvelles fouilles sont entreprises et quatre fragments de crâne sont mis au jour. Mais le crâne et les dents de Hitler, conservés dans les archives moscovites, échappent à la crémation. Ce coup de théâtre relance les théories affirmant que Hitler a pu survivre à la chute du Reich. Ces théories de la fuite du Führer restent peu crédibles, se heurtant aux témoignages parfois contradictoires des dernières heures, qui concluent à la mort du dictateur nazi.

En , une étude réalisée par des chercheurs français dont Philippe Charlier sur un des fragments du crâne détenu à Moscou confirme, elle, que ces fragments appartiennent bien à Hitler, et qu'il est donc bien mort en [ ]. L'annonce, le 1 er mai , du suicide de Hitler ne cause pas de grandes réactions dans le Reich, dont les villes sont rasées par les bombardements, et qui est en proie à des combats meurtriers qui ne ralentissent pas les envahisseurs [ ].

Pour la majorité de la population, occupée à tenter de survivre, comme pour les soldats engagés dans un ultime combat qu'ils savent perdu d'avance, le suicide de Hitler n'entraîne qu'indifférence et apathie [ ] ; néanmoins, le sort des Allemands au mois de mai pousse certains à exprimer leur rejet du personnage [ ]. Parmi les soldats, certains, minoritaires, lui rendent un hommage rapide, tandis que les autres restent indifférents à la nouvelle [ ]. Parmi les responsables du Reich, civils ou militaires, les sentiments sont partagés: Son successeur à la présidence, Karl Dönitz , attend soigneusement d'obtenir confirmation de la mort du dictateur pour amorcer les négociations de reddition [ ].

Mais Dönitz n'est pas le seul responsable nazi auquel la mort de Hitler ouvre des perspectives: Himmler, dépouillé de ses pouvoirs par Hitler dans une crise de rage à la fin du mois d'avril, s'imagine rentré en grâce du nouveau pouvoir, mais est rapidement éconduit par Dönitz [ ]. Le suicide de Hitler, présenté à la population comme une fin héroïque, préférable à une reddition [ ] , entraîne dans le Reich une vague de suicides aussi bien parmi les dirigeants du régime que parmi les citoyens ordinaires: Le suicide le plus spectaculaire est celui de Magda et Joseph Goebbels , pour qui la vie n'a désormais plus aucun sens, et qui n'hésitent pas à entraîner leurs six enfants dans la mort [ ].

Organisé autour de l'idée que le Führer est le grand dirigeant appelé à mener à bien la réalisation du destin allemand, le NSDAP devient rapidement le parti de Hitler.

En effet, lors des meetings, tout tourne autour de Hitler, que l'on attend, puis qui suscite non seulement l'enthousiasme, mais aussi l'hystérie des foules chauffées à blanc par de longues attentes du sauveur [ ]. Aussitôt clos le scrutin du 5 mars , le ministère de la propagande est confié à Joseph Goebbels , chargé de la propagande au sein du parti nazi depuis [ ]. Dès les premiers jours, le ministère de la propagande structure son action autour de la construction du mythe du Führer, faisant de Hitler l'homme fort devant relever l'Allemagne [ ].

Ainsi, laissant accroire que toutes les actions de Hitler étaient guidées par la volonté de faire tout ce qui était bon pour son peuple, Goebbels développe l'idée que la contrepartie de cette action est l'obéissance absolue au Führer et à ses mandataires [ ].

Dès juillet , la personne du Führer devient omniprésente dans l'appareil d'État, dans les écoles, dans la vie quotidienne: À partir de , cependant, la tâche des organisations se réclamant de Hitler devient moins évidente: L'une des préoccupations de Hitler, arrivé à la chancellerie à la tête d'un mouvement politique se réclamant d'une forme de socialisme [ ] , est de se présenter, et de se faire représenter comme issu de la classe des travailleurs: Formellement, il se rapproche du peuple allemand: Dès le déclenchement du conflit mondial en , Hitler constitue un sujet de choix pour la propagande.

Présenté comme le conquérant successeur de Bismarck ou des chevaliers teutoniques par la propagande de Goebbels , il fait l'objet de multiples attaques de la propagande alliée, dès la Drôle de guerre de la part des Français et des Britanniques, puis de l'ensemble de ses adversaires pendant toute la durée du conflit.

La propagande, animée par Goebbels , doit tenir compte de la volonté de rareté des apparitions de Hitler au fil du conflit. En effet, si l' Anschluss , les Sudètes ont été l'occasion d'apparitions de Hitler en Allemagne, cette propagande doit, à partir de , composer avec la répugnance de Hitler à se montrer en public et son retranchement au sein de son état-major et de son cercle d'intimes. Le dictateur utilise divers vecteurs pour s'exprimer à destination de tout ou partie de la population: Au cours du conflit, il écrit peu dans la presse, plutôt utilisée par Goebbels, s'adresse aux Allemands par le biais de la radio et à ses soldats par le biais des ordres du jour.

Durant tout le conflit, cependant, Hitler continue de s'adresser à la population allemande à l'occasion des dates anniversaires marquantes du national-socialisme: Cependant, la propagande exploite progressivement la figure du Führer hors d'Allemagne.

Ainsi, en France, la première mention du nom de Hitler date de [ ]. De plus, à partir de , période des premières difficultés de recrutement au sein de la Wehrmacht, la figure de Hitler, défenseur de l'Europe menacée par les Bolcheviks et les Juifs , commence à être mise en avant. À partir de , la propagande de Goebbels doit affronter la défiance de la population allemande à l'égard de Hitler. En effet, les éditoriaux du ministre de la Propagande dans le journal Das Reich , ainsi que le discours du nouvel an du Führer soulèvent de plus en plus de scepticisme au sein de la population: À partir de la déclaration de guerre, les Alliés développent contre le Führer, principal dirigeant du III e Reich, différentes approches en matière de propagande.

La propagande alliée a beaucoup tourné Hitler en ridicule, caricaturant ses poses habituelles, le présentant comme un personnage manipulateur. À partir de , il est également présenté comme un monstre.

Ainsi Pierre Dac ridiculise-t-il abondamment Hitler, dans un premier temps dans l' Os à Moelle , brocardant notamment les célébrations de l'anniversaire du Führer dans un échange de télégrammes avec Mussolini [ ] , puis à Londres à partir d'octobre , pour la France libre , en mettant par exemple en avant les choix militaires désastreux de Hitler dans une petite recette culinaire pratique , Le Soufflé Intuitif, à la Manière du Père Adolf , extraite du Manuel de Cuisine Stratégique de Berchtesgaden [ ] , dans des chansons reprenant des ritournelles très connues en France avant la guerre [ ].

Les volte-face de la Hongrie et l' attentat de Rastenburg fournissent aussi au chansonnier l'occasion de ridiculiser les soutiens de Hitler: Après la fin de la guerre après le suicide de Hitler , lorsque, reporter de guerre, Pierre Dac se rend en mai et juillet en Allemagne et en Autriche occupée par les Alliés, il ridiculise la propension de certains Allemands, des membres de la famille d' Eva Braun par exemple, à ne pas s'étendre sur les liens qu'ils ont entretenus avec Hitler [ ].

Hitler se montre intéressé par les civilisations antiques qui ont laissé des ruines en abondance: Hitler s'est rapidement intéressé à l'Histoire. Durant ses années viennoises, aux dires de ceux qui l'ont côtoyé, il se passionne pour l'Antiquité, lisant des livres par dizaines sur le sujet, ainsi que des traductions des auteurs grecs et romains [ ].

Chancelier, il définit le 23 mars dans un discours au Reichstag qui ne fit que développer des conceptions exposées dans Mein Kampf les grandes orientations de ce que doivent être les programmes d'histoire dans les écoles du Reich, rapidement traduites par Frick en circulaires d'application: Aux yeux de Hitler, l'histoire de l'Humanité, par-delà les évènements, est avant tout l'histoire de la lutte des races [ ].

Plusieurs présupposés président au raisonnement qui aboutit à cette conclusion: Ainsi, la pureté raciale constitue aux yeux de Hitler le meilleur rempart contre l'influence de l'Asie, c'est-à-dire des peuples asiatiques, influence qu'il juge néfaste, et dont le Judéo-bolchevisme constitue le dernier avatar et, à ses yeux le plus dangereux [ ].

Pour Hitler, une gigantomachie oppose la race aryenne indo-germanique au Juif, au Méditerranéen en général, à l'Est éternel [ ]. Selon Hitler, toute civilisation vient du Nord, berceau d'origine des Aryens [ ]. Ainsi, à de nombreuses reprises, il développe l'idée que les Grecs et les Égyptiens sont issus du Nord: Appuyé sur Tacite, il décrit en termes péjoratifs la Germanie des origines [ ]. Ainsi, Hitler a tendance à trouver ridicule la germanomanie de Himmler et de la SS et ne se prive pas de le faire savoir à ses convives [ ]: En effet, Hitler apprécie plus que tout l'Antiquité grecque et romaine: Arminius est certes célébré, mais Hitler rappelle son passage dans les légions romaines, qui fait de lui un intermédiaire culturel entre Rome et la Germanie [ ].

Cette fascination pour l'Empire romain est autant fascination pour la puissance que fascination pour les signes matériels de cette puissance [ ]: Rome a ainsi non seulement conquis un empire, mais aussi laissé de nombreux indices et traces de son rayonnement impérial, traces permises avant tout par le développement de l'État, autorisé seulement par la présence d'Aryens au sein de ceux qui mettent en place et organisent cet État [ ].

Non content d'y trouver un modèle [ ] dans l'expansion militaire, Hitler y voit aussi un modèle de gestion des territoires conquis par une élite combattante germanique: Hitler lie aussi la pérennité de l'Empire romain, et de sa culture, à ses routes, le premier construisant les secondes, les secondes structurant le premier [ ].

Dès les années , une analogie est faite par les constructeurs des autoroutes nazies entre les voies romaines et les autoroutes du Reich [ ] , prélude à l'essor territorial du Reich millénaire [ ]. Hitler définit le rôle de ces routes, dans le cadre de la conquête et de la préservation du Reich, dans le cadre de leur utilisation militaire [ ]. Mais Rome est aussi modèle car l'Empire romain disposait selon lui d'une vocation universelle, irréalisable, que n'avait pas, même au pic de puissance le plus haut, atteint le III e Reich: Ce projet impérial romain, défini comme impossible à réaliser, constitue aux yeux de Hitler une manière d'ancrer dans la réalité son propre projet, lui donne de la crédibilité [ ].

Mais l'attraction romaine opère aussi dans les rapports entretenus par Hitler avec l'Italie contemporaine, fasciste. Ainsi, par rapport à Mussolini , qui professe au début du III e Reich un souverain mépris pour le racisme hitlérien [ ] , Hitler développe un complexe d'infériorité, lorsqu'il compare le passé de l'Italie romaine et celui de la Germanie antique: De ces conceptions historiques découlent des considérations artistiques très précisément définies.

La guerre contrariera ces projets, et seule la nouvelle chancellerie , inaugurée en , fut achevée. Hitler exige, pour les constructions dont il ordonne la réalisation, l'utilisation des matériaux les plus nobles, suggérant à ses architectes de passer outre les réserves du ministre des finances, Lutz Schwerin von Krosigk [ ]. Voulant léguer des constructions et leurs ruines, sur le modèle des ruines romaines plus que les penser pour un usage contemporain, Hitler, malgré les réserves de son entourage [ ] , est enthousiasmé par la théorie de Speer sur la valeur des ruines, théorie inspirée par la vue des ruines d'un dépôt de tramways dynamité pour réaliser le Zeppelinfeld de Nuremberg [ ].

Cette théorie est reprise à de nombreuses occasions par Hitler dans ses discours lors de sessions du congrès du parti, ou dans les consignes architecturales qu'il donne pour la conception des plans des édifices dont il commandite la réalisation [ ]: L'architecture promue par Hitler est conçue, non en fonction de son usage quotidien, mais de sa destruction [ ] , comme il le dit lui-même lors de la pose de la première pierre de la Krongresshalle de Nuremberg [ ]:.

Ainsi, sur le modèle des ruines de Rome, il souhaite que le Reich qu'il édifie laisse derrière lui des indices matériels de sa grandeur passée [ ]. Dans son bunker, il se fait livrer le 9 février par l'architecte Hermann Giesler une maquette de Linz, montrant les projets de reconstruction de la ville. Cette maquette fait alors l'objet d'un passage obligé de tous les visiteurs du Bunker, jusqu'à sa destruction, en avril [ ].

Arrivé au pouvoir, il fait surtout valoriser dans les cérémonies nazies les musiques de Richard Wagner et d' Anton Bruckner , ses favorites. Personnage impitoyable et déshumanisé, dictateur totalitaire, raciste et eugéniste, Adolf Hitler a été surtout le principal responsable du conflit de loin le plus vaste , le plus destructeur et le plus traumatisant que l'humanité ait jamais connu, à l'origine de près de 40 millions de morts en Europe, dont 26 millions de Soviétiques.

Environ 11 millions de personnes ont directement été assassinées sur ses ordres, en raison des pratiques criminelles systématiques de son régime et de ses forces armées, ou en application de ses projets exterminateurs prémédités. Parmi elles, les trois quarts des Juifs de l'Europe occupée.

L'image de Hitler a été définitivement fixée, en particulier, lors de la découverte des camps de la mort en avril-mai , avec leurs monceaux de cadavres décharnés, leurs survivants squelettiques et hagards, leurs expériences pseudo-médicales et leurs chambres à gaz doublées des tristement célèbres fours crématoires.

Cette révélation macabre a achevé de trancher les débats antérieurs entre adversaires et partisans du personnage et de son régime [ ]. La redécouverte de la Shoah , depuis les années , a recentré l'attention sur la spécificité du judéocide qu'il a inspiré, tout en confirmant la nature intrinsèquement criminelle de son action et de son système.

Le bilan humain est sans précédent. En trois années d'occupation, la terreur nazie a fait périr près du quart des habitants de la Biélorussie. À l'Ouest, la terreur et l'exploitation hitlériennes ont été moindres mais éprouvantes.

Les Allemands ne sont pas les derniers à avoir payé chèrement les ambitions démesurées de leur Führer, auquel ils ont toutefois globalement continué d'obéir jusqu'à la fin. Trois millions de soldats sont morts au front, laissant encore davantage de veuves et d'orphelins, et condamnant une génération à subir le déséquilibre durable du sex ratio et de la vie de familles monoparentales. Ainsi, deux tiers des mâles allemands nés en n'ont-ils pas vu l'issue de la guerre [ ]. Des centaines de milliers de femmes allemandes de tous âges ont été exposées aux viols de l'Armée Rouge en L' Allemagne même, dont Hitler avait prétendu faire la raison de son combat politique et de son existence, disparaît en tant qu'État au terme de l'aventure nazie.

Elle ne retrouve son indépendance qu'en sans la pleine souveraineté au début et son unité qu'en Berlin , l'une des villes qui avait le moins voté pour Hitler et que le Führer n'avait jamais aimée, n'en subira pas moins une division de 40 ans, matérialisée après par le célèbre Mur de Berlin. En représailles aux exactions massives du Troisième Reich, plus de 8 millions d'Allemands présents depuis des siècles ont été chassés en des Sudètes, des Balkans et de toute l'Europe centrale et orientale.

Sans oublier la déportation en Sibérie, en , des Allemands de la Volga vus par Staline comme une cinquième colonne potentielle de Hitler. Le territoire actuel de l' Allemagne est inférieur d'un quart à celui du Reich de Le traumatisme hitlérien a aussi valu à l'Allemagne son élimination définitive comme puissance militaire, ses effectifs armés restant strictement limités, et interdits d'opérations hors de ses frontières au moins jusque dans les années En revanche, sur le plan économique, son fidèle Albert Speer a su renouveler les machines et enterrer les usines: Les pillages, les bombardements, les représailles et la terre brûlée ordonnés par Hitler ont dans l'immédiat largement aggravé le bilan matériel inégalé de la guerre.

Des milliers de villes, de bourgs et de villages ont été détruits par la Wehrmacht et les Waffen-SS dans toute l'Europe. C'est en repoussant l'agression hitlérienne que l'Armée Rouge pousse jusqu'à Berlin et que l'URSS peut imposer sa domination à la moitié de l'Europe pour plus de 40 ans. Devenu le principal vainqueur de son ancien allié Hitler, Staline retire aussi de sa victoire sur ce dernier un immense prestige dans sa population et dans le monde entier.

Dans les pays occupés, en engageant la collaboration avec Hitler , généralement sans obtenir aucune contrepartie du Führer [ ] , bien des responsables européens ont causé à leur pays de graves divisions civiles et des compromissions qui reviendront hanter durablement les mémoires nationales.

De durs combats traumatisants ont opposé ennemis et alliés de Hitler en France occupée , dans l' Italie en guerre ou, à une échelle bien pire, dans l' État indépendant de Croatie , dirigé par les Oustachis. En Pologne, en Grèce et en Yougoslavie , les résistants au maître du Troisième Reich n'ont même pas pu s'entendre entre eux et se sont violemment combattus: Spoliés et exterminés, les Juifs d'Europe ont vu disparaître à jamais les foyers les plus brillants et prospères de leur culture, avec l'éradication sans retour des fortes communautés de Berlin, Vienne, Amsterdam, Vilnius ou Varsovie.

Les trois quarts des locuteurs du yiddish ont péri. La plupart prétendirent n'avoir fait qu'obéir à ses ordres, et avoir ignoré l'essentiel de la réalité de son régime de terreur et de génocides [ ]. La dénazification d'après-guerre n'empêcha pas maints complices de Hitler de ne jamais être inquiétés, ou de faire des carrières politiques, économiques ou administratives prospères, en RFA comme en RDA.

D'autres se sont réfugiés, via des filières d' exfiltration , en Amérique latine ou dans le monde arabe, continuant d'y entretenir le culte nostalgique du Führer, et continuant souvent d'y diffuser l'antisémitisme et le négationnisme, tout en réutilisant les méthodes policières du Troisième Reich au profit de dictatures locales. D'autres furent employés par les services secrets américains, comme Klaus Barbie.

Pratiquement aucun ancien responsable nazi n'a jamais fait acte de repentance, ni manifesté le moindre regret d'avoir suivi et servi Hitler. La seule exception partielle notable est celle d' Albert Speer , ancien confident et ministre du dictateur, mais son complexe de culpabilité, exposé dans ses mémoires sur le Troisième Reich, se mêle à une fascination persistante pour Hitler, qui témoigne que le charisme du personnage faisait encore effet bien au-delà de sa mort et de la découverte de ses forfaits [ ].

Hitler a brisé la continuité de l' histoire allemande.

Legs historique

Share this:

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.