Imperial Cleaning

Chat gratuit Ile-de-france

Les livres sont également importants.

ACADÉMIE DE LIMOGES

TABLEAU DE BORD

Répondre à une annonce ou envoyer une candidature spontanée. Etre alternant ou stagiaire à Generali. Rejoindre Generali au poste de commercial. Soutenir et encourager les initiatives responsables. Un ballon et des actions pour sensibiliser le grand public. Partenaire historique des sportifs et des skippers français. Décryptage du marché de l'assurance. Actualité de l'entreprise et analyses d'experts.

Les événements où retrouver Generali. Generali Open de France Generali France partenaire de La Place. Un nouveau ballon Generali dans le ciel de Paris. Brest accueille le premier espace The Human Generali Open de France: Marie-Christine Lanne reçoit le Trophée de la De la même racine est issue la désignation de la lumière du jour diurne et du jour, lui-même dies en latin [ 5 ].

Dans la langue française, le mot est attesté dès le tout premier texte français [ 4 ] , les Serments de Strasbourg , en sous les formes Deo au cas régime et Deus au cas sujet [ 6 ] , [ 7 ]. Dans ce texte, le terme désigne avec une majuscule la divinité du monothéisme chrétien.

Ce Codex est une copie de la traduction de la Bible effectuée selon l' alphabet inventé par l'évêque Wulfila deux siècles plus tôt. Il est aussi donné indirectement, dans plusieurs langues romanes, au jeudi , jadis consacré à Jupiter [ 14 ]. Le concept de Dieu possède des aspects religieux et métaphysiques très divers, ce qui rend particulièrement difficile sa définition [ 15 ]. Certains auteurs estiment même que Dieu est si grand qu'il échappe à toute tentative de définition par des mots humains [ 16 ].

C'est en particulier le cas de ceux qui s'inscrivent dans une approche apophatique. Ainsi, par exemple, Jean Scot Erigène a pu écrire:. Dieu lui-même ignore ce qu'il est parce qu'il n'est pas quelque chose. Littéralement Dieu n'est pas, parce qu'il transcende l'être.

Et le Pseudo-Denys l'Aréopagite:. Arrivés au terme nous serons totalement muets et entièrement unis à l'Indicible. Certains grands noms de la sociologie des religions , parmi lesquels Émile Durkheim , Marcel Mauss , Georg Simmel et Max Weber [ 17 ] , ont cependant jeté les bases de cette étude. Ce culte s'effondre dès la disparition de ce pharaon [ 26 ]. On a longtemps voulu y puiser l'origine du monothéisme biblique , ce qui est contesté par les historiens actuels [ 27 ]: Pour Mireille Hadas-Lebel , l'idée du Dieu unique, à la fois créateur, miséricordieux et tout-puissant, s'est faite au terme d'une lente évolution dans le cas du monothéisme juif, qui était au contact de cultures et d'empires polythéistes [ 30 ].

Le monothéisme judaïque s'élabore dans un contexte plus propice à de telles idées: Le zoroastrisme est la première religion attestée proposant un salut éternel [ 32 ]. La première [ 32 ] fait du zoroastrisme la première religion monothéiste faisant état d'un salut dans un autre monde [ 37 ]. Ce point de vue se fonde sur deux observations, d'une part le rejet des daivas [ 38 ] , les dieux traditionnels, et d'autre part l'omniprésence d'un seul dieu dans ces textes, une divinité unique dument nommée, Ahura Mazdâ , le Maitre attentif [ 39 ].

Si Zoroastre a pu être monothéiste — ou monolâtre [ 42 ] —, il apparaît que ses héritiers inclinent vers une re-polythéisation, divinisant les Entités et réintroduisant des divinités antérieures dans une évolution qui peut faire penser à l'Égypte et diverge radicalement de celle du yahwisme judaïque.

Cette tendance s'accentue au sein de l' empire perse [ 43 ] , dans un processus de re-mythologisation qui conserve et accentue le dualisme [ 44 ]. Dans le judaïsme antique, si un premier yahvisme monôlatrique remonte probablement à la sortie d'Égypte , on ignore comment le dieu Yahvé devient précisément le dieu national des deux royaumes de Juda et d'Israël [ 48 ]. Yahvé revêt alors de multiples formes, fonctions et attributs: Le Deutéronome — proposant toujours une formulation monolâtrique qui ne nie pas encore les autres dieux [ 50 ] — semble avoir été écrit vers av.

C'est au sein de cette élite déportée et de sa descendance que l'on trouve la plupart des rédacteurs des textes vétérotestamentaires qui vont apporter la réponse du monothéisme au terrible choc et la profonde remise en question de la religion officielle engendrés par cette succession de catastrophes [ 53 ].

Non seulement la défaite n'est pas due à l'abandon par YHWH , mais c'est au contraire l'occasion de le présenter comme seul et unique Dieu: YHWH devient dès lors, au-delà de son peuple, le maître des ennemis de Juda [ 54 ]. La philosophie antique, si elle a largement influencé les réflexions classiques et modernes sur Dieu, ne s'est paradoxalement qu'assez peu intéressée aux questions divines, considérant que le nombre important de dieux — les Grecs nourrissent le sentiment d'un monde tout entier habité par le divin [ 58 ] — ne méritait pas un chapitre singulier de la philosophie [ 59 ].

Les religions abrahamiques [ note 2 ] voient Dieu comme le principe créateur, selon l'analyse de Mireille Hadas-Lebel: Cette hypothèse se fonde notamment sur l'étude statistique des occurrences des noms yahvistes [ 64 ]. Probablement influencée par les conceptions religieuses des Achéménides [ 68 ] , cette conception devrait également beaucoup à l'approfondissement de la tradition aniconique , le rejet des images étant un trait fondamental du judaïsme qui semble remonter aux origines de celui-ci [ 69 ].

Les religions abrahamiques sont monothéistes , elles affirment l'existence d'un Dieu unique et transcendant. Au Moyen Âge , sous l'impulsion de la pensée arabe et grecque, la pensée juive élabore une théologie d'où ressort, entre autres, un principe énoncé par Saadia Gaon: Dès lors, la rationalité pour appréhender Dieu est légitimée comme devoir religieux, ce qui trouve un meilleur accueil, à l'époque, que la seule foi.

Toutefois des désaccords apparaissent sur la question de savoir si la réflexion rationnelle concernant Dieu constitue ou non une forme suprême d'expérience religieuse. Dans la Bible , Dieu est décrit en termes psychologiques: Depuis Maimonïde , la tradition théologique hébraïque insiste sur la distinction entre le sens littéral des expressions parlant de Dieu et ses qualités: Dans cette tradition, on insiste sur la présence de Dieu dans l'ensemble de sa création, disant que la Torah est l'incarnation vivante de la sagesse divine.

Pour y répondre, Isaac Louria a développé la doctrine du tsimtsoum [ 70 ]. La conception chrétienne de Dieu s'élabore dans les premiers siècles du christianisme par une hybridation entre la pensée biblique et la pensée grecque notamment le néoplatonisme [ 71 ]. Dans le christianisme deux conceptions de Dieu, celle de la religion et celle de la philosophie, tantôt cohabitent comme c'est le cas chez Augustin d'Hippone , tantôt sont séparées.

Pour Goulven Madec , Blaise Pascal dans son Memorial instaure une césure quasi définitive entre le Dieu des philosophes et le Dieu de la Bible en opposant nettement les deux: La conception de Dieu dans le christianisme doit faire face à un certain nombre de questionnements.

Le christianisme va devoir faire face à des questions soulevées par le fait que Jésus-Christ, fils de Dieu s'est fait homme. Néanmoins la querelle continue ce qui amène les pères cappadociens Basile de Césarée , Grégoire de Nysse et Grégoire de Naziance à élaborer la théologie de la Trinité qui veut qu'il y ait un Dieu en trois personnes: Cette théologie sera adoptée par le concile de Constantinople en [ 84 ] Actuellement le Credo de Nicée-Constantinople est considéré par les catholiques, une majorité de protestants et les orthodoxes avec des réserves sur le Saint-Esprit comme un des fondements du christianisme [ 84 ].

Par ailleurs, pour Augustin, le mystère de la Trinité est au-de là de ce qu'on peut en dire. Malgré tout la position nicéenne a du mal à s'imposer. Vers , à la suite notamment des invasions menées par des peuples professant l' arianisme , seul le royaume franc de Clovis et de Clotilde professe le christianisme nicéen [ 85 ].

Dans l' iconographie chrétienne ou la peinture d'inspiration chrétienne, il arrive qu'une Colombe représentant le Saint-Esprit fasse le pont entre le Dieu le Père et Dieu le Fils [ 86 ]. La première période, celle du christianisme des deux premiers siècles semble se refuser à la représentation de Dieu [ 87 ].

Cette thèse sera complétée en par celle de Samuel Brandon qui voit Jésus comme un zélote , c'est-à-dire comme un membre d'un mouvement à la fois opposé à la culture hellénistique grecque et recourant à la violence politique [ 89 ]. Ces thèses seront reprises à la fin des années et au début des années par des mouvements que le théologien Joseph Ratzinger qualifie de théologies de la révolution, peut-être pense-t-il à la théologie de la libération [ 90 ].

Pour Joseph Ratzinger théologien, cardinal , puis pape émérite , cette thèse est erronée. Traditionnellement dépourvu de genre, c'est un créateur omnipotent, omniscient et omniprésent qui transcende toute sa création. Divinité centrale d'un monothéisme intégral et intransigeant, un et unique, maître des mondes et des destinées, juge du Jugement dernier, il s'est révélé à chaque prophète depuis Adam jusqu'à Mahomet. La sourate — al-ikhlas — rassemble l'essentiel de la conception musulmane de Dieu: Le Coran affirme également le caractère absolument transcendant de Dieu qui est pourtant tout à la fois d'une grande proximité avec l'homme [ 95 ] et sa création dans et par laquelle il se manifeste [ 93 ].

De nature indivisible, insécable, irréductible à une interprétation en termes de trinité à l'instar du christianisme trinitaire , Allah constitue une monade , seule vérité et seule réalité. Ainsi, dans l'islam, l'associationnisme shirk est la seule faute catégoriquement impardonnable [ 97 ]. Connaissant leurs moindres pensées, c'est le juge du Jugement dernier qui châtie les pécheurs et les incrédules et récompense les fidèles. Le Coran rapporte en outre des descriptions ou attributs anthropomorphiques de Dieu dont la portée sera disputée dès le début de l'islam [ ]: Pour la révélation du texte sacré de l'islam, Dieu s'exprime à travers l' ange Gabriel et le prophète Mahomet qui entend la parole divine mais pas sa voix.

Gautama Bouddha a rejeté l'existence d'un dieu créateur [ ] , a refusé d'approuver de nombreux points de vue sur la création [ ] , et a déclaré que les questions sur l'origine du monde ne sont pas en fin de compte utiles pour mettre fin à la souffrance.

Pour cette religion, le Dieu unique est créateur du monde [ ] , tout puissant [ ] , transcendant et immanent [ ] , infini et éternel [ ] , sans forme [ ] , [ ] , juste et plein d'amour [ ]. Être personnel, il est inconnaissable dans son essence [ ].

La Mul Mantra , qui débute le Livre saint du sikhisme, le Guru Granth Sahib , énumère en une formule les attributs de la Divinité [ ]. Cette prière commence ainsi: C'est un phénomène que l'on retrouve dans de nombreuses cultures, généralement associé à une tradition religieuse [ ] , caractérisé par une recherche de l'invisible et le témoignage de la présence de l'Absolu — Dieu ou divinité —, dont la révélation finale se fait au terme de dévoilements successifs [ ].

L'expérience mystique — caractérisée par le profond impact émotionnel éprouvé par celui qui l'expérimente [ ] — est généralement le résultat d'un entraînement spirituel impliquant une combinaison de prières, de méditation, de jeûne, de discipline corporelle et de renoncement aux préoccupations terrestres. Dans les monothéismes abrahamistes - à la différence du bouddhisme et certaines variétés de l'hindouisme où il n'y a pas à proprement parler de figure divine personnifiée - les mystiques décrivent l'expérience mystique comme accordée par Dieu lui-même dont ils affirment souvent ressentir la proximité au cours de celle-ci.

Mais l'extase peut également révéler des éléments théologiques plus précis, comme chez certains mystiques chrétiens, une vision de la Trinité [ ]. La mystique propose une lecture intériorisée de l'indicible et exprime souvent Dieu en termes de négation: Dieu n'est pas dans le sens où les créatures sont et le seul moyen de s'approcher de son infinie transcendance est, dans un premier temps, d'éprouver ce qu'il n'est pas [ ]. La révélation du Dieu invisible nécessite le recours aux images, à un langage métaphorique souvent proche de la poésie, éloigné des spéculations théologiques, et dont la lumière est un élément récurrent.

Le déisme — forgé sur le terme latin deus — désigne l'affirmation rationnelle de l'existence de Dieu, proposant une forme religieuse conforme à la raison , exclusive des religions révélées [ ] , proposant d'arriver à Dieu par des voies exclusivement humaines [ ] , sans pour autant pouvoir en déterminer les attributs [ ]. On ne l'utilise plus guère en dehors de ses applications historiques [ ]. Pour leurs critiques apologètes chrétiens, les déistes, prétendant arriver à Dieu sans l'aide de Dieu, en se passant de la Révélation , sont impies et pécheurs.

Les déistes ne forment cependant pas un groupe homogène et il existe une grande variété de positions, suivant les auteurs déistes, par rapport à ce qui a trait tant à la nature de Dieu, qu'à la providence ou encore à l' immortalité de l' âme.

La question centrale est, plutôt que celle de l'existence de Dieu, celle de sa Révélation que les déistes rejettent avec l'immortalité de l'âme, à la différence des théistes [ ]. Rousseau , suivant lequel la nature est plus éloquente sur Dieu que les subtilités scolastiques, propose le Dieu de la foi déiste comme volontaire et intelligent, mouvant l'univers et animant la nature, tandis que l'homme est libre dans ses actions et doté d'une âme immatérielle.

À la différence de Kant , il associe la nature à l'ordre divin, tandis que ce dernier établit une différence ontologique entre les deux. Certaines enquêtes montrent d'ailleurs qu'en France, la religion naturelle est une option philosophique — souvent inconsciente — de certains croyants non pratiquants qui envisagent Dieu comme le créateur et le gouverneur du monde, jugeant les individus sur leur conduite morale et rétribuant les mérites, dans une attitude assez proche du déisme [ ].

Mais il s'agit souvent davantage d'un type d' agnosticisme , voire de laïcité dont la portée est débattue par les chercheurs [ ]. La réflexion porte également sur la notion de mal qui contredit l'existence d'un Dieu bon et omnipotent, un Dieu dont par ailleurs l'adoration et le service s'opposent à la liberté et à la dignité humaines [ ]. Chez Marx, pour lequel critique de la religion et critique de la société vont de pair, il ne convient plus d'interpréter différemment le monde mais de le changer [ ].

Il explique que l'homme cherche un principe au nom duquel mépriser l'homme, et s'invente un monde imaginaire qui lui permet de calomnier ce monde-ci, ne saisissant qu'un néant dont il fait un Dieu , dans lequel la religion projette toutes les valeurs, dévalorisant de ce fait le monde réel [ ]. L'athéisme trouve une dimension supplémentaire avec les travaux de Sigmund Freud , notamment dans son ouvrage L'avenir d'une illusion , publié en [ ].

Un trait commun aux divers courants du New Age est le rejet du dualisme au profit d'une recherche de l'harmonie. Ainsi les adeptes n'opposent pas la matière à l'esprit ou le visible à l'invisible et considèrent que l'ensemble de l'univers est constitué de la même essence divine.

Selon ce mouvement, il n'y a pas de véritable séparation entre la Création et son Créateur, dans une approche qui ne correspond pas avec celle du Dieu personnel et transcendant des monothéismes: Les représentations des dieux, sinon leur existence, ont été très tôt critiquées par les philosophes: Les philosophes ont conçu la divinité de manières très diverses.

Dans le Vocabulaire technique et critique de la philosophie [ ] , sous la direction d' André Lalande , Dieu est analysé suivant deux axes principaux:. Kant est alors un exemple d'une vision de Dieu principalement comme principe explicatif: La monadologie de Leibnitz est un effort de synthèse de toutes ces facettes [ ].

Au cours de l' histoire de la philosophie de nombreux arguments ont été fournis en faveur et en défaveur de l'existence de Dieu ou de la croyance en cette existence. Les arguments sur l'existence même de Dieu peuvent être des arguments métaphysiques ou empiriques, ceux portant sur la croyance en Dieu sont dits arguments épistémiques. De nombreuses positions existent aussi bien chez les défenseurs de l'existence de Dieu que chez leurs adversaires.

On peut les regrouper et distinguer schématiquement les grandes positions suivantes:. Une discussion détaillée des arguments soutenant ces différentes positions se trouve dans l'article arguments sur l'existence de Dieu. Voici une présentation volontairement limitée des principaux arguments en faveur de l'existence de Dieu et de leur réfutation par Emmanuel Kant. Trois arguments classiques sont a posteriori: Ces trois arguments sont, comme tous les autres, l'objet d'une vive controverse depuis leur premier énoncé, et de l'avis de la majeure partie des commentateurs aucun ne peut emporter l'adhésion à lui seul.

Pascal qui n'acceptait comme arguments en faveur de l'existence de Dieu que les prophéties et les miracles le pari pascalien n'étant pas présenté comme une preuve [ ] , en parle en ces termes: Anselme de Cantorbéry , le premier [ ] proposa un argument a priori: Cet argument se retrouve aussi chez Descartes et Leibniz [ ].

Kant dans Critique de la raison pratique et Nédoncelle ont développé des preuves, dites morales , où l'existence de Dieu est seule capable d'expliquer la conscience morale, chez le premier, ou l'ordre des personnes humaines, chez le second [ ]. Dans le judaïsme , la question ne se pose pas, non par tabou mais du fait même de la conception de la transcendance: Dieu dépasse totalement l'entendement humain.

Vouloir cerner son concept de manière analytique est voué à l'échec par sa nature même. Au livre II de la Critique de la raison pure , Emmanuel Kant montre que l'argument cosmologique et l'argument téléologique qu'il nomme argument physico-théologique se fondent sur l'argument ontologique. Quant à l'argument physico-théologique, à partir de l'observation de fins dans la nature, il en conclut qu'il a fallu un créateur pour que le monde existe argument cosmologique , et que ce créateur doit exister nécessairement argument ontologique.

Si l'argument ontologique est réfuté, l'argument cosmologique et l'argument téléologique tombent avec d'après Kant. Kant propose donc une réfutation de l'argument ontologique dans l'espoir de ruiner toutes preuves de l'existence de Dieu. Pour Kant, l'existence n'est pas une propriété intrinsèque, on ne peut pas légitimement dire que l'existence appartienne au concept de Dieu: Ainsi, pour Kant, le concept de Dieu demeure le même, qu'il existe ou pas: Afin de l'illustrer, Kant prend l'exemple suivant: Car, comme les thalers possibles expriment le concept et les thalers réels, l'objet et sa position en lui-même, au cas où celui-ci contiendrait plus que celui-là, mon concept n'en serait pas le concept adéquat.

Mais je suis plus riche avec cent thalers réels qu'avec leur simple concept c'est-à-dire avec leur possibilité. La philosophie des religions, et la question des preuves de l'existence de Dieu, ont connu un grand renouveau dans le sillage de la tradition analytique. Des auteurs tels que Peter Geach , Richard Swinburne [ ] , Alvin Plantinga , Antony Flew , John Leslie Mackie [ ] , et Jordan Howard Sobel se demandent quelles raisons nous avons d'affirmer ou de contester l'existence d'un être surnaturel dont dépendrait l'existence du monde.

Tandis que les autres philosophes sont soit catholiques, soit protestants, soit anglicans, la caractéristique d'Antony Flew, qui lui a assuré un surcroit de notoriété ces cinq dernières années, consiste à avoir été, des années durant, un éminent philosophe des religions et d'avoir revendiqué son athéisme. Il considère que, plus la complexité du monde apparaît dans les connaissances humaines, plus cet argument est puissant pour fonder le théisme [ note 4 ] , [ ].

En Occident, à partir de René Descartes , Blaise Pascal et Grotius notamment, l'existence de Dieu est devenue sujette à la démonstration, et de plus en plus exposée à la critique, concomitante à la crise de la religion chrétienne et l'apparition du protestantisme. Les théologies de la mort de Dieu le prendront au mot [ ]. Ce courant de pensée n'est, d'ailleurs, étranger ni à l' islam [ ] ni au judaïsme [ ].

Les magasins Gamm Vert

Share this:

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.