Imperial Cleaning

Blog multimédia 100% facile et gratuit

Par contre j'aurai pas mis la programmation prédictive en 1, je ne trouve pas que ce soit la plus stupide, et puis malheureusement, dans cette partie de l'article il y a un amalgame entre signes non existants tirés par les cheveux, et signes existants et placés volontairement par leurs auteurs.

Votre recherche :

Traduire en une autre langue

Je présente, dans cette notice, ses livres. Voici une contribution de l'ethnologue Mireille Thibault à l'étude des "Shadow People", ombres à forme humaine qui disparaissent soudainement Voici un livre fondamental, paru en novembre , sur certains aspects de l'ufologie laissés de côté par les ufologues "conventionnels". Il fait suite au premier livre de l'auteur en collaboration avec Maurizio Martinelli paru en chez le même éditeur: Mon cinquième livre, le tome 1 de "Civilisations extraterrestres", est sorti en septembre Voici une brève notice présentant cet ouvrage, avec notamment la table des matières.

Voici mes réflexions concernant les thèses de trois auteurs avec lesquels je ne suis absolument pas d'accord à propos de leur perception du phénomène OVNIs Ce Hors-Série de juillet est en effet consacré aux extraterrestres. Les astrophysiciens américains ont évalué la probabilité d'existence d'une civilisation développée sur une exoplanète potentiellement habitable, ainsi que le nombre probable de telles civilisations dans l'Univers.

Un immense océan découvert sous la surface de la Terre. Des chercheurs russes, français et allemands ont découvert un immense océan souterrain qui s'est formé il y a 2,7 milliards d'années. Voici le cas de Robert L. Rencontres extraterrestres à Tokyo.

Cette illustration est une représentation artistique d'Orthon, le visiteur de l'espace vu par George Adamski. Ce sont certaines de ces sources que je propose d'évoquer ici. Le livre dans lequel Robert Charroux a parlé pour la première fois du cas du contacté évoqué ici.

Ce témoignage est-il authentique? Impossible, bien sûr, de le dire. Le récit est néanmoins fort intéressant et le témoin semble de bonne foi. Charles Hall était présent à un Congrès ufologique en Norvège en Joëlle, un contact extraterrestre.. J'évoque ici quelques contactés ayant déclaré avoir rencontré des visiteurs de l'espace: J'ai ajouté le cas de la channel Phyllis Schlemmer.

Le contacté George Adamski. Que penser du contacté américain George Adamski ? Etait-il un simple charlatan ou un homme ayant eu de réels contacts avec des êtres de l'espace? Le contacté Billy Meier.

Parmi les êtres venus de l'espace, il y a ceux d'apparence humaine Les "foo fighters" ont été observés, durant la seconde guerre mondiale, par des aviateurs des forces alliées et des forces de l'Axe au-dessus de l'Europe et de l'océan Pacifique. Un article de Gildas Bourdais à propos de quelques livres et polémiques.

Je reproduis ici une grande partie de ce texte. Quelques médiums brésiliens à effets physiques. Je propose de faire ici connaissance avec quelques médiums à effets physiques brésiliens: Quelques médiums russes à effets physiques.

Les médiums à effets physiques et la télékinésie. Zoom sur les divers types de phénomènes physiques de la médiumnité: En , ce livre a été publié en langue française sous le titre: L'artiste new-yorkais Budd Hopkins, décédé en , est un pionnier de l'étude des enlèvements extraterrestres.

Il a notamment étudié le célèbre cas de Linda Napolitano. Philip Imbrogno a classé l'expérience du contact avec une intelligence extraterrestre ou "ultraterrestre" en cinq sous-catégories: C'est au cours de l'été que Philip Imbrogno a rencontré Dean Fagerstrom. En , ce dernier avait écrit une lettre à Allen Hynek pour expliquer son contact avec un être connu sous le nom de Donestra, celui-ci venant d'une planète appelée Solarian Voici quelques contributions d'Olivier de Rouvroy sur le thème de la vie extraterrestre: Merkabah et vaisseaux de l'espace, les vaisseaux cosmiques selon Samaël Aun Weor, le message d'un "Ami galactique", la religion solaire des Vénusiens selon Willaru Huayta, le contacté Luis Fernando Mostajo Maertens.

Quelques nouveaux cas de médiums à ectoplasme. Les ectoplasmes ont, lit-on, totalement disparu après Cette assertion est formellement démentie par les faits, quelques récents cas d'ectoplasmie ayant été répertoriés. Zoom sur ces cas. Le groupe de Scole. Fin et début , des personnes ont été recrutées à Scole, dans le Norfolk en Angleterre, avec pour objectif le développement de phénomènes physiques de la médiumnité.

Des séances dites de matérialisation d'entités ont lieu depuis des décennies au Mexique. En , le "Cuarto de Luz" s'est produit en France Libre-arbitre et plan de vie. Voici un texte d'Olivier de Rouvroy décédé en novembre , mis en ligne sur son site en octobre Quand on parle d'alchimie, un nom revient souvent à l'esprit: Démonologie, vampirisme, vaudou et chamanisme selon Michel Coquet.

Le miracle de Garges-les-Gonesse. Ce cas a connu, à un moment donné, une large couverture médiatique. La prophétie de Jean de Jérusalem. La prophétie dite de Jean de Jérusalem est-elle authentique? Ce texte répond à cette question. On a souvent signalé un survol, par des OVNIs, de sites stratégiques et nucléaires.

Une étude, réalisée en par le docteur Lincoln LaPaz astrophysicien et futur prix Nobel de physique , a mis en évidence l'existence de survols répétés des installations militaires sensibles américaines par des engins de nature et de provenance inconnues Voici un texte consacré aux observations d'OVNIs par des pilotes, militaires et civils.

Ce texte détaille un cas qui a eu un retentissement médiatique important aux Etats-Unis: Les événements ont débuté en janvier , de nouvelles observations ayant eu lieu en octobre de la même année et début Voici un cas survenu en France en , celui de l'observation d'un OVNI de grande dimension et de ce qui s'apparente à une "abduction" A partir de 20 heures, des résidents virent des appareils énormes, étrangement silencieux, planant au-dessus d'eux Parmi les diverses formes répertoriées d'OVNIs "disques volants", etc.

Contributions de quelques auteurs. Je donne, dans ce texte, trois contributions qui avaient fait l'objet de trois textes différents dans mon précédent site émanant d'auteurs qui m'avaient adressé un article pour mon site: Treilhou sur la radiesthésie, les cheminées cosmotelluriques et les crop circles.

A propos du projet Blue Beam. Le projet Blue Beam est un exemple typique des élucubrations que l'on rencontre dans les milieux complotistes. C'est un nommé Serge Monast décédé en qui est à l'origine de ce projet prétendûment concocté Voici un témoignage à propos de la survivance animale, celui de Jean-Luc Janiszewski. France Périat, interprète animalière. Les interprètes animaliers disent pouvoir communiquer avec les animaux et en recevoir des "messages".

Je consacre ce texte à une communicatrice animalière: La psychométrie selon Jean-Pierre Girard. En parapsychologie, la psychométrie désigne la connaissance extrasensorielle par l'intermédiaire d'un objet tenu par un sujet psi. J'évoque dans ce texte l'approche du phénomène par Jean-Pierre Girard.

Présentation de deux centres de recueil de témoignages et de recherche à propos des "expériences exceptionnelles": Les Annales akashiques selon Daniel Meurois. Daniel Meurois a publié divers ouvrages relatant le résultat de ses investigations dans la Mémoire du Temps. Dans un livre publié en , il a évoqué sa méthode d'accès à cette Mémoire universelle. Nos mémoires selon Anne Givaudan. On peut distinguer divers types de mémoires: Ce texte s'intéresse aux mémoires familiales, aux mémoires de vies antérieures, et répond notamment à la question: Anne Givaudan évoque à ce propos les notions de mémoire akashique, d'éther réflecteur, d'atome germe et d'aura causale.

Fin des temps et rémission des péchés, résurrection des corps, Enfer et destruction de l'âme. Je présente ici un Forum et quatre Congrès qui ont eu lieu en , , , et février Entre et , plus de observations d'un OVNI ont été collectées. Elles concernent une énorme structure volante triangulaire dotée de quatre phares puissants.

Parmi les sujets traités: Quelques cas sont aussi abordés: Les astronautes Gordon Cooper décédé en et Edgar Mitchell décédé en ont publiquement témoigné de leur conviction de la présence extraterrestre sur Terre. L'astrophysicien André Brahic était par contre connu pour sa complète allergie au dossier "soucoupes volantes" Peut-on réellement vivre sans manger? C'est la question qui se pose quand on évoque l'inédie constatée chez certains mystiques et le respirianisme. Le mystère des orbes.

Quelques contributions à son étude. Que sont les orbes? Voici une présentation des explications naturelles et "exotiques" J'évoque ici deux dossiers sur la réincarnation publiés en dans les revues "Nexus" et "Science et inexpliqué".

Dans ce premier texte sur la réincarnation, je mets l'accent sur la critique des arguments mis en avant contre la réalité de cette loi fondamentale de l'évolution spirituelle. Ce troisième texte consacré à la TCI apporte quelques informations complémentaires et évalue les diverses hypothèses pouvant rendre compte des phénomènes observés. La TCI désigne un mode de communication avec l'Au-delà grâce à l'utilisation de moyens techniques. Cette première partie concerne la TCI audio.

La destruction de Sodome et Gomorrhe. Plusieurs hypothèses ont été formulées pour expliquer la destruction des "cités maudites" bibliques de Sodome et Gomorrhe. Si les archéologues privilégient une interprétation "naturelle" dont le résultat d'une chute de météorites , d'autres chercheurs ont privilégié la thèse d'une explosion atomique d'origine extraterrestre.

Dans cette troisième partie concernant les rapports "visiteurs de l'espace et religion", j'évoque le rôle, il y a deux mille ans, de certains visiteurs de l'espace dans la vie et la mission de Jésus. Dans ce deuxième texte consacré à la relation visiteurs de l'espace et religion, je mentionne diverses manifestations de type extraterrestre que l'on peut relever dans les récits de l'Ancien Testament: Voici le premier texte consacré au rapport visiteurs de l'espace et religion.

Après une interrogation sur le positionnement de la foi chrétienne à propos de la vie extraterrestre, je mets l'accent sur le rapport entre certaines apparitions de la Vierge, et tout particulièrement le cas de Fatima, et certaines manifestations ufologiques. Le numéro d'août de la revue "Science et Vie" contient un dossier abordant 9 thèmes qualifiés de "paranormaux", l'accent étant mis sur les interprétations matérialistes et réductionnistes des phénomènes associés.

Voici une critique de cette approche. Voici un bref panorama de la recherche en parapsychologie, jusqu'aux années , dans les pays de l'Europe de l'Est.

Coup de projecteur sur un phénomène physique "paranormal" populaire: Je parle notamment des recherches de Ken Batcheldor et de Brookes-Smith, ainsi que de l'expérience canadienne de "Philip le fantôme". Dans ce texte consacré aux phénomènes de "poltergeist" qui comprennent des phénomènes physiques paranormaux associés ou non à des manifestations d'entités , j'évoque quelques cas Enfield, Sosnowiec Les phénomènes de hantise.

Je présente dans ce texte quelques cas de "hantises" ainsi que les principales théories explicatives. Ascension, 4 D et 5 D. Voici une contribution complémentaire à mon texte sur les divers types d'Ascension. New-Age, maîtres spirituels et spiritualité. J'évoque, dans ce dossier, certaines critiques émises à propos du mouvement dit du "New Age" et de certains de ses représentants.

Que penser du traitement médiatique et politique du phénomène sectaire? C'est à cette question que répond le présent texte. Un texte de Gildas Bourdais. Voici un troisième texte sur le thème des "abductions". Il s'agit d'un texte de Gildas Bourdais que l'on peut aussi trouver avec, en plus, les illustrations correspondantes sur son blog.

Dans ce texte consacré aux "abductions" enlèvements extraterrestres , je développe notamment la critique de la thèse sociopsychologique, de la thèse des paralysies du sommeil et de la thèse de Fabrice Bonvin, ainsi que la critique des affirmations de Steven Greer et de Benjamin Creme.

Voici quelques éléments d'information fondamentaux à propos du spiritisme, des messages de l'Au-delà et du channeling, en rapport avec mon premier livre paru en J'évoque aussi les recherches importantes de Julie Beischel, au Windbridge Institute, qui mettent en évidence l'existence de la médiumnité dans un contexte de recherche scientifique.

Comment expliquer les visions dues à la prise de DMT et d'ayahuasca, certaines faisant intervenir des "aliens" et des "soucoupes volantes"? C'est à cette question que s'efforce de répondre le présent texte, en évoquant notamment les recherches de Rick Strassman Critique de la théorie de Jean Sider. Dans ce long texte, je développe et critique la théorie de l'ufologue Jean Sider qui prétend expliquer les OVNIs et les phénomènes paranormaux par une même intelligence manipulatrice Dans ce texte, je liste les thèses de certains ufologues qui rejettent l'hypothèse extraterrestre au profit de thèses "alternatives", ces interprétations étant le fait d'auteurs comme John Keel photo ci-dessus , Jacques Vallée, Philip Imbrogno, Joël Mesnard, Fabrice Bonvin.

Voici ses trois textes de critique. Il a aussi été victime du même type d'accusations que le premier. Sathya Saï Baba Considéré par ses disciples comme ayant été un Avatar, Saï Baba est une grande figure contemporaine de la spiritualité hindoue. Une série d'articles a été publiée dans la revue "Top secret" à propos des révélations "fracassantes" d'un individu disant avoir eu des contacts et des accréditations très particuliers, et notamment des contacts extraterrestres dans le cadre de ses missions.

Williamson fut aussi l'un des témoins de la célèbre "rencontre vénusienne" en Californie, en novembre , de George Adamski. Parmi les thèmes abordés dans ce texte: Fausses décorporations et vraies sorties hors du corps. Dans ce texte consacré à la décorporation, j'évoque la notion de corps subtil, les constantes et facultés du corps spirituel, les fausses décorporations suite notamment à des électrostimulations , une émission de "France Inter" et une recherche à l'Université de Liège.

Les expériences au seuil de la mort 3. Les expériences au seuil de la mort 1. Dans ce premier texte consacré aux NDE ou EMI, je mets l'accent sur la critique des interprétations matérialistes réductionnistes des expériences au seuil de la mort. Les disparitions dans la zone du Triangle des Bermudes et celle dite du Dragon sont-elles toutes dues à de simples causes naturelles ou certaines impliquent-elles "autre chose"? C'est à cette question que s'efforce de répondre le présent texte.

Vision à distance et espionnage extrasensoriel. Je développe les divers programmes de vision à distance aux Etats-Unis, du début des années à environ Ces éléments d'information sont extraits d'un livre de référence sur le sujet: Quelques bonnes émissions télévisées sur le paranormal et les OVNIs. Je présente ici des émissions télévisées de bonne qualité sur le paranormal et les OVNIs: La CIA pourra toujours tenter de s'exprimer sur le sujet - grâce aux recherches méticuleuses d'un historien — mais s'agissant de cette agence, les gens continueront à penser ce qu'ils veulent.

Des Ufologues néologisme pour les fans d'Ovnis et des organismes privés sur les Ovnis sont répartis sur l'ensemble des Etats-Unis. Enormément de gens sont convaincus que le gouvernement américain et en particulier la CIA, sont engagés dans une conspiration et une dissimulation massive sur ce sujet. L'idée que la CIA a secrètement caché ses recherches sur les Ovnis est un thème revenant sans cesse chez les ufologues depuis que le phénomène Ovni a émergé vers la fin des années Vers la fin de , après avoir été pressé par les Ufologues pour fournir des informations complémentaires sur les Ovnis détenues par la CIA, R.

En utilisant les enregistrements de la CIA compilés pour cette révision, cette étude trace l'intérêt et la participation de la CIA à propos de la polémique sur les Ovnis depuis la fin des années 40 jusqu'en Elle examine chronologiquement les efforts de l'Agence pour résoudre le mystère des Ovnis, des programmes qui ont eu un impact sur les observations d'Ovnis et de ses tentatives pour y cacher la participation de la CIA dans les affaires d'Ovnis. Ce qui émerge de cet examen est que, alors que le souci de l'Agence au sujet des Ovnis était conséquent jusqu'au début des années 50, la CIA a, depuis lors, une préoccupation limitée et externe du phénomène.

La toile de fond. Dès le début de la guerre froide entre les Etats-Unis et l'Union soviétique coïncide également avec l'apparition de la première vague d'observations d'Ovnis.

Le premier rapport d'une "soucoupe volante" au-dessus des Etats-Unis est enregistré le 24 juin , quand Kenneth Arnold, pilote privé et homme d'affaire à la recherche d'un avion en panne, aperçu neuf objets en forme de disque près de Mount Rainer, dans l'état de Washington, voyageant à une vitesse estimée à plus de kms par heure. Le rapport d'Arnold a été suivi d'une multitude d'observations additionnelles, y compris des rapports de pilotes et d'aiguilleurs du ciel civils et militaires partout aux Etats-Unis.

Bien que la première crainte soit que ces objets pourraient être des armes secrètes soviétiques, l'Armée de l'Air eut bientôt conclu que les Ovnis étaient réels mais facilement expliqués et non extraordinaire.

Le rapport de l'Armée de l'Air constata que presque toutes les observations provenaient d'une ou plusieurs de trois causes suivantes: Néanmoins, on recommanda de continuer à effectuer des recherches sur toutes les observations et n'a pas éliminé la possibilité que ce soit des phénomènes extraterrestres. Malgré l'augmentation des observations d'Ovnis, l'USAF continuait à recueillir et à évaluer les données ufologiques jusqu'à la fin des années 40 sous un nouveau nom, le projet Grudge, qui essayait d'apaiser l'anxiété public au sujet des Ovnis par une campagne de relation public conçu pour le persuader que les Ovnis ne constituaient rien d'inhabituel ou d'extraordinaire.

Les Ovnis aperçus étaient expliqués comme étant des ballons, des avions, des planètes, des météores, des illusions d'optiques, des reflets du soleil, ou mêmes de " gros grêlons ". Les fonctionnaires du projet Grudge ne trouvaient aucune preuve que les observations d'Ovnis étaient des armes étrangères et ils concluaient que les Ovnis ne menaçaient pas la sécurité des USA.

Ils recommandèrent que le projet soit réduit parce que le fait même que l'USAF montre de l'intérêt sur ce sujet encourageait les gens à croire aux Ovnis et contribuait à promouvoir une atmosphère " d'hystérie de temps de guerre. A la suite de l'augmentation de la tension pendant la guerre froide entre les blocs soviétiques et américains avec, notamment, la guerre de Corée, les rapports d'observations d'Ovnis continuaient à être récoltés.

Cabell commanda un nouveau projet en sur les Ovnis. La tâche pour identifier et expliquer les Ovnis continuait reposa à nouveau sur les épaules de l'Air Material Command de Wright-Patterson.

Les projets Sign, Grudge, et Bluebook établir la ligne de conduite pour ce qui allait être la position officielle du gouvernement des États-Unis en matière d'Ovnis, pour les 30 prochaines années. Les inquiétudes initiales de la CIA, La CIA surveillait étroitement les efforts de l'USAF, consciente et inquiète que le nombre croissant d'observations d'Ovnis pourraient poser une menace potentielle pour la sécurité de l'état. Étant donné la répartition des observations, les instances de la CIA se demandèrent, en , s'ils n'avaient pas affaire à une " vague de délires caniculaires ".

L'Agence acceptait les conclusions de l'USAF à propos des rapports d'Ovnis, par contre, "puisqu'il restait la possibilité qu'ils s'agissent d'appareils interplanétaires, il était nécessaire d'étudier chaque observation". Une augmentation massive des observations aux États-Unis, surtout au mois de juillet , a alarmé l'administration Truman. Les 19 et 20 juillet, les écrans radar à l'Aéroport de Washington et de la base d'Andrews traquèrent de mystérieux échos.

Le 27 juillet, des échos furent à nouveau signalés. L'USAF dépêcha des avions intercepteurs, mais ils ne trouvèrent rien. Les incidents, cependant, eurent droit aux gros titres partout dans le pays. La Maison Blanche voulu savoir ce qu'il se passait et l'USAF exposa rapidement que l'explication de ces échos radar pourraient être le résultat " d'inversion de température ". Ultérieurement, une enquête de l'Administration de l'Aviation Civile confirma que de tels échos radar étaient assez communs et étaient causés par des inversions de température.

Bien que les organisations ufologiques fussent surveillé pendant au moins trois ans, en réaction à la nouvelle explosion d'observations, la CIA forma un groupe spécial d'étude au sein de l'Office of Scientific Intelligence OSI et de l'Office of Current Intelligence OCI afin de réévalué la situation.

Edward Tauss, agissant au titre de chef de l'OSI, Division de l'Équipement et de l'Armement, porte parole du groupe, rapporta que la majorité des observations d'Ovnis pouvaient être expliqués aisément. Néanmoins, il recommandait que l'Agence continue de surveiller le problème en coordination avec l'ATIC. Il exhorta aussi la CIA qu'elle dissimule son intérêt des Ovnis aux médias et au public,"de peur de possible tendances alarmistes" qu'un tel intérêt ne confirme l'existence des Ovnis au public.

Ray Gordon serait l'officier en charge. Chaque branche de la division devait contribuer à l'enquête et R. Gordon devait étroitement coordonner le tout avec l'ATIC. Amory, tout en demandant d'étudier les implications des Ovnis sur la sécurité nationale, relayait les inquiétudes de Walter Bedell Smith. Smith voulait savoir si l'enquête de l'USAF sur les soucoupes volantes était suffisamment objective ainsi que combien d'argent et d'effectif additionnel serait nécessaire pour déterminer la cause de ce petit pourcentage de cas inexpliqués.

Smith voulait aussi savoir comment on pouvait exploiter le phénomène Ovni dans les efforts américains sur la guerre psychologique. L'USAF rejetait les théories que ces observations étaient le résultat du développement d'armes secrètes tant américaines que soviétiques, ou qu'elles impliquaient les " petits hommes verts "; il n'y avait aucune preuve qui soutenait ces concepts. Les officiers de l'USAF tentaient d'expliquer les Ovnis comme le résultat d'une mauvaise interprétation d'objets connus ou de phénomènes naturels mal compris.

Cette dissimulation de l'intérêt de l'Agence pour les Ovnis contribuera plus tard à alimenter la croyance d'une conspiration et d'une dissimulation de la CIA sur ce sujet. Le Groupe d'Étude de la CIA entreprit des recherches dans la presse Soviétique sur des rapports d'Ovnis mais n'en trouva aucun, ce qui leur fit conclure que l'absence de rapports devait être le résultat d'une politique du secret de la part du Gouvernement Soviétique.

De plus, ils s'inquiétaient du fait que si le système d'alerte américain devait être délibérément surchargé par les observations d'Ovnis, les Soviétiques pourraient avoir l'avantage de la surprise en cas d'attaque nucléaire. A cause de l'atmosphère tendue de la Guerre Froide et de l'augmentation des capacités Soviétiques, le Groupe d'Étude était très inquiet des effets des Ovnis sur la sécurité nationale.

Le Groupe croyait que les Soviétiques pourraient utiliser les rapports d'Ovnis pour créer une hystérie massive et une panique aux États-Unis. Le groupe croyait aussi que les Soviétiques pourraient utiliser les observations d'Ovnis pour surcharger le système d'avertissement de l'USAF de sorte qu'il ne pourrait pas distinguer les cibles réelles des Ovni-fantômes.

Marshall Chadwell, Assistant Directeur de l'OSI, ajoutait qu'il considérait le problème tellement important " qu'il devrait être porté à l'attention du Conseil de Sécurité Nationale, pour qu'un effort de coordination national pour sa résolution soit engagé. Smith du problème Ovni en décembre Il exhortait à une action rapide parce qu'il était convaincu " qu'il y avait quelque chose là qui demandait une attention immédiate " et que " les observations d'objets inexpliquées volant à grandes altitudes et à hautes vitesses non loin d'installations américaines de défense majeure sont de telle nature qu'elles ne peuvent être attribué à des phénomènes naturels ou des véhicules aériens de types connus.

Chadwell demanda à Smith qu'il établisse un projet de recherche externe à l'Agence composé de scientifiques de haut niveau pour étudier le problème des Ovnis. Après cet entretien, Smith ordonna à R. Le Panel Robertson, Amory comme président par intérim, il a présenté la requête de W. Smith au comité pour qu'il discute de façon informelle sur le sujet des Ovnis. Le comité fut d'accord pour que W. Smith " fasse appel aux services de scientifiques choisis pour examiner et évaluer les évidences éléments de preuve disponibles à la lumière des théories scientifiques pertinentes " et préparer une directive NSCID sur la matière.

En même temps, Chadwell vérifia ce que faisaient les Britanniques sur ce sujet. Il apprenait que les Britanniques étaient actifs, eux aussi, dans l'étude du phénomène Ovni. Un éminent scientifique Britannique, R. Jones, dirigeait depuis Juin un comité sur les soucoupes volantes. Les conclusions du Comité dirigé par Jones étaient similaires à celles des Agences officielles: Les Britanniques notèrent cependant, que pendant un récent spectacle aérien, des pilotes de la RAF et des hauts gradés militaires avaient observé une "soucoupe volante parfaite.

Le public était convaincu qu'ils étaient réels. En Janvier , Chadwell et H. Robertson, un physicien notoire de l'Institut de Technologie de la Californie, rassemblèrent un ensemble de scientifiques distingués, non militaire, pour étudier le problème Ovni. Il incluait Robertson comme président; Samuel A. Goudsmit, un physicien nucléaire du Brookhaven National Laboratories; Luis Alvarez, un physicien spécialisé dans les hautes énergies; Thornton Page, directeur adjoint de John Hopkins Operations Research Office et expert en radars et électronique; et Lloyd Berkner, un Directeur du Brookhaven National Laboratories et spécialiste en géophysique.

Le mandat du Comité était d'examiner les données disponibles sur les Ovnis et d'évaluer les dangers possibles du phénomène sur la sécurité nationale.

Le Comité s'est réuni du 14 au 17 janvier Il passa en revue les données de l'USAF sur l'historique des Ovnis et, après avoir étudié le phénomène pendant 12 heures, conclu que des explications raisonnables pourraient être suggérées pour la majorité, si ce n'est toutes, des observations. Par exemple, après avoir revu le film tourné près de Tremonton dans l'Utah le 2 juillet et celui près de Great Falls, Montana, le 15 Août , le Comité concluait que les images sur le film de Tremonton étaient causées par la lumière du soleil reflétant sur des mouettes et que les images de Great Falls étaient la lumière du soleil réfléchissant sur la surface de deux avions intercepteurs de l'USAF.

Le Comité concluait unanimement qu'il n'y avait aucune évidence de menace directe à la sécurité nationale. Le Comité ne trouva aucune évidence, non plus, que les objets aperçus pourraient être d'origine extraterrestre. Il pensait aussi que de continuer à mettre l'accent sur les Ovnis pourrait menacer "le bon fonctionnement" du gouvernement en surchargeant les voies de communication avec des rapports non pertinents tout en induisant un "comportement d'hystérie de masse" préjudiciable aux autorités.

Le Comité s'inquiétait aussi qu'un ennemi potentiel, observant une attaque contre les États-Unis, pourrait exploiter le phénomène Ovni et l'utiliser pour perturber la défense aérienne américaine. Pour répondre à ces problèmes, le Comité recommandait au Conseil de Sécurité de démystifier les rapports d'Ovni et de mettre en place une politique d'éducation du public pour les rassurer et sur l'absence de preuves du phénomène Ovni.

Il suggérait d'utiliser les médias, les annonces, les clubs d'affaire, les écoles, et même Disney pour transmettre ce message. Alors en plein maccarthysme, le Comité a aussi recommandé que les groupes privés, tel le Civilian Flying Saucer Investigators de Los Angeles et le Aerial Phenomena Research Organization du Wisconsin, soient surveillé pour des activités subversives.

Tous ces groupes arrivèrent à la conclusion que les rapports d'Ovnis n'indiquaient aucune menace directe pour la sécurité nationale ni aucunes preuves de visites extraterrestres.

Les responsables de la CIA estimèrent qu'un examen plus approfondit ne semblait pas justifié, bien qu'ils continueraient à s'intéresser aux observations dans l'intérêt de la sécurité nationale. Les fonctionnaires de la CIA voulaient que l'intérêt de l'Agence au sujet des soucoupes volantes soit gardé secret, notant que le rapport du Comité Robertson devait être classifié et que, surtout, personne ne devait savoir que la CIA avait commandité ce comité.

Cette attitude causera, ultérieurement, de graves problèmes de crédibilité à l'Agence. Diminution de l'intérêt de la CIA pour les Ovnis: Après le rapport du Comité Robertson, les fonctionnaires de l'Agence mirent le problème des Ovnis en veilleuse. En mai , Chadwell transféra la responsabilité principale de se tenir informé sur les Ovnis à la Division d'Électronique et de Physique de l'OSI, tandis que la Division des Sciences Appliquées devait continuer à fournir le soutien nécessaire.

Odarenko, chef de la Division d'Électronique et Physique, ne voulait pas prendre en charge ce problème, prétendant qu'il nécessiterait trop de temps d'analyse et d'écriture pour sa division. Étant donné les résultats du Comité Robertson, il recommanda de considérer le projet "inactif" et de ne consacrer qu'un seul analyste, à temps partiel, et un commis pour maintenir un dossier de référence sur les activités de l'USAF et des autres Agences à propos des Ovnis.

Selon Odarenko, ni la Navy, ni l'Armée n'ont montré beaucoup d'intérêt pour les Ovnis. Sceptique quant aux Ovnis, Odarenko a demandé que sa division soit déchargée de la responsabilité du suivi des rapports d'Ovnis. En , par exemple, il recommandait que le projet entier soit clôturé parce qu'aucune nouvelle information, concernant les Ovnis, n'était apparue.

D'autres parts, ajoutait-il, sa division faisait face à d'importante réduction de budget et ne pouvait gaspiller ses ressources. Chadwell, ainsi que d'autres fonctionnaires de l'Agence, continuait de s'inquiéter au sujet des Ovnis. Un souci grandissant provenait des observations d'Ovnis outre-mer et la rumeur que des ingénieurs Allemands, détenus par les Soviétiques, développaient une "soucoupe volante" comme une future arme de guerre.

Pour la majorité des décideurs politiques et militaires américains du milieu des années 50, l'Union Soviétique était devenue un adversaire dangereux. Le progrès soviétique dans l'armement nucléaire et les missiles guidés était particulièrement alarmant. En août , seulement neuf mois après les essais américains d'une bombe à hydrogène, les soviétiques le faisaient à leur tour. Au printemps de , une étude Top Secret de la Rand Corporation indiquait la vulnérabilité des bases de la SAC Strategic Air Command en cas d'attaque surprise de bombardiers Soviétiques à longue portée.

Préoccupé par le danger d'une attaque soviétique contre les Etats-Unis qui ne faisait que croître, les observations d'Ovnis ajoutaient une inquiétude supplémentaire aux responsables américains. L'augmentation des rapports d'Ovnis en Europe de l'est et en Afghanistan incitait à croire que les soviétiques faisaient de rapide progrès dans ce domaine.

Le Projet Y était une opération conjointe Canada-Angleterre-États-Unis pour développer un engin non conventionnel en forme de soucoupe volante et les fonctionnaires de l'Agence craignaient que les soviétiques ne testent des dispositifs similaires. Ajoutant aux soucis, une soucoupe volante fut aperçue par le Sénateur américain Richard Russell et son équipe alors qu'ils voyageaient dans un train en URSS en octobre Après de longs entretiens avec Russell et son groupe, la CIA a cependant conclut que l'observation de Russell ne soutenait pas la théorie que les Soviétiques auraient développé des avions ou en forme de soucoupe volante ou non conventionnels.

Il se demandait pourquoi les Soviétiques continueraient de développer des avions conventionnels s'ils avaient une soucoupe volante. Scoville demanda à Lexow de prendre la responsabilité d'évaluer les aptitudes et les limites des aéronefs non conventionnel et de conserver le dossier sur les Ovnis dans le fichier central de l'OSI. En novembre , la CIA entrait dans le monde de la technologie de pointe avec le U-2, projet de reconnaissance aérien.

Travaillant avec l'Advance Development de Lockheed à Burbank, Californie, connue sous le nom de Skunk Works, et Kelly Johnson, un éminent ingénieur aéronautique, l'Agence commençait, en août , les essais en haute altitude d'un avion expérimental: Il pouvait voler à En conséquence, une fois que le U-2 a commencé ses essais, les contrôleurs aériens et les pilotes commerciaux commençaient à rapporter un plus grand nombre d'Ovni. Les premiers U-2 étaient de couleur argent ils furent ultérieurement repeint en noir et réfléchissaient les rayons du soleil, surtout à l'aube et au couché du soleil.

Ils apparaissaient souvent comme des objets enflammés aux observateurs en dessous. Les enquêteurs du projet Bluebook de l'USAF étaient conscients du caractère confidentiel des vols de U-2 et essayaient d'expliquer les observations en les attribuant à des phénomènes naturels tels que les cristaux de glace et les inversions de température. En vérifiant avec le personnel de l'Agence chargé du projet U-2 à Washington, les enquêteurs du Bluebook purent attribuer beaucoup d'observations d'Ovnis aux vols de U Ils prenaient garde, cependant, de ne pas révéler au public la vraie cause de l'observation.

Cela forçait l'USAF à tromper l'opinion publique et à faire des déclarations inexactes afin d'apaiser les craintes du public et à protéger un projet de sécurité nationale extraordinairement sensible. Bien qu'elle soit peut-être justifiée, cette tromperie amènera du carburant à la théorie conspirationiste et les accusations de complot des années A cette époque, la pression montait pour que le rapport du Comité Robertson sur les Ovnis soit rendu public.

En , Edward Ruppelt, à la tête du projet Bluebook, révéla publiquement l'existence du Comité. Un best-seller, écrit par l'ufologue Donald Keyhoe, major retraité du Corps des Marines, préconisait la déclassification de toutes les informations détenues par le gouvernement au sujet des Ovnis. Comme alternative, l'Agence prépara une version expurgée du rapport en effaçant toute référence à la CIA et en évitant toute mention de guerre psychologique en rapport avec la controverse Ovni. Cependant, les demandes pour plus d'informations sur les Ovnis ne diminuaient pas.

Cela initia une correspondance entre l'Agence et Keyhoe ainsi qu'avec le Dr Leon Davidson, un ingénieur chimiste et ufologue. Ils exigeaient la déclassification pleine et entière du rapport du Comité Robertson et la confirmation de l'implication de la CIA dans le problème Ovni. Davidson s'était lui-même convaincu que l'Agence, et non l'USAF, portait la plus grande responsabilité dans l'analyse des rapports d'Ovni et que "les activités du gouvernement américain étaient responsables des observations de soucoupes volantes lors de la dernière décennie.

La CIA, tenait néanmoins fermement à la politique de ne rien révéler de son rôle dans le dossier Ovni et refusait de déclassifier l'intégralité du rapport Robertson.

Lors d'une réunion avec des représentants de l'USAF pour discuter de la manière qui devrait être utilisée pour traiter les futures demandes telles celle de Keyhoe et Davidson, les responsables de l'Agence confirmaient leur opposition à la déclassification du rapport intégral et s'inquiétaient que Keyhoe soit en bon rapport avec le Vice amiral, Roscoe Hillenkoetter DCI , qui faisait maintenant parti du comité de direction du NICAP.

Houston, devait montrer le rapport intégral à Hillenkoetter comme une voie possible pour désamorcer la situation. L'officier Frank Chapin, de la CIA, suggérait aussi que Davidson pourrait avoir d'autres motifs, " pas nécessairement dans le meilleur intérêt du pays ", et suggéra de demander au FBI d'enquêter. L'Agence fut également impliquée dans deux célèbres cas d'Ovnis avec Davidson et Keyhoe dans les années 50, qui aidèrent à faire accroître la méfiance du public envers la CIA sur le sujet des Ovnis.

L'un fait état de l'enregistrement d'un signal radio provenant d'une soucoupe volante; l'autre sur des photos d'une soucoupe volante.

L'incident du "signal radio" commença assez innocemment en quand deux soeurs agées, à Chicago, Mildred et Marie Maier, rapportèrent dans le Journal of Space Flight, leurs expériences avec les Ovnis incluant l'enregistrement d'une transmission radio dans lequel un code non identifié était entendu. Les soeurs enregistrèrent l'émission et d'autres opérateurs radio amateur disaient avoir entendu, eux aussi, le "message de l'espace".

Les officiers supérieurs de la Division de Contact CD , l'un d'eux étant Dewelt Walker, contactèrent les soeurs Maier, qui étaient " ravies que le gouvernement soit intéressé ", et acceptèrent de les rencontrer. En voulant récupérer la bande, les officiers rapportèrent qu'ils étaient tombés dans une scène de 'Arsenic and Old Lace'.

Après avoir du regarder l'album des deux soeurs retraçant leurs vies, les officiers obtinrent une copie de l'enregistrement audio. L'OSI analysa la bande et découvrit qu'il ne s'agissait que d'un code morse émis par une station de radio américaine. L'affaire en resta là jusqu'à ce que l'ufologue Leon Davidson parle avec les soeurs Maier en Les soeurs se rappelaient qu'elles avaient parlé avec un M.

Walker qui disait être de l'USAF. Davidson écrivit alors à un M. Dewelt Walker répondit à Davidson que la bande avait été envoyée aux autorités compétentes pour l'évaluation et qu'aucune information n'était disponible quant aux résultats.

L'Agence, voulant garder secret le lien entre Walker et la CIA, répondit qu'une autre Agence du gouvernement avait analysé la bande en question et que Davidson recevrait des informations de la part de l'USAF.

Davidson écrivit de nouveau à Dulles. Cette fois il voulait connaître l'identité de l'opérateur et de l'Agence qui avait fait l'analyse.

L'Agence avait nié qu'elle avait analysé la bande. Des agents de la CIA, incognito, contactèrent Davidson à Chicago en lui promettant d'obtenir la traduction du code et l'identification de l'émetteur, si possible.

Laissant croire qu'il comprenait cet argument, Davidson demanda néanmoins à connaître le contenu du message et sa source. L'agent accepta de voir ce qu'il pourrait faire. Après avoir vérifié avec l'État-major, l'agent de la CIA téléphona à Davidson pour rapporter que, après une recherche approfondie, étant donné que le signal était d'origine américaine et connue, la bande et les notes écrites avaient été détruites pour récupérer de l'espace occupé par ces dossiers.

Furieux, pensant s'être fait berner, Davidson dit à l'agent de la CIA que " lui et son Agence, peu importe laquelle, agissaient comme Jimmy Hoffa et les 'Teamster Union' en détruisant les dossiers qui pourrait les incriminer ". Croyant que d'autre contact avec Davidson ne ferait qu'encourager plus de spéculation, la CD s'en lava les mains et rapporta au DCI et à l'ATIC qu'il ne répondrait plus ni ne tenterait d'autres contacts avec Davidson.

C'est ainsi, que d'un incident mineur, et plutôt banal, géré maladroitement par la CIA et l'USAF, fut transformé en un volet majeur en rajoutant de " l'huile sur le feu " dans le mystère entourant les Ovnis et le rôle que tint la CIA dans leur étude.

Un autre incident mineur quelques mois plus tard, ajouta de nouvelles questions sur le vrai rôle de l'Agence vis-à-vis des soucoupes volantes. La préoccupation du secret par la CIA ne fit qu'empirer les choses. En , le Major Keyhoe accusa l'Agence de demander délibérément aux témoins oculaires d'Ovnis de ne pas parler de leurs observations au public. Harry Real un agent du CD, contacta Mayher et obtint des copies des photos pour analyse. Le 12 décembre , John Hazen, un autre agent du CD, renvoya les cinq photos d'Ovnis à Mayher sans aucuns commentaires.

Mayher demanda à Hazen ce qu'avait donné l'évaluation des photos, expliquant qu'il souhaitait organiser un documentaire télévisé sur les Ovnis. Il voulait mentionner, lors de l'émission, qu'une Agence de renseignement américaine avait vu les photographies et les avaient trouvées intéressantes. Bien qu'il ait déconseillé à Mayher d'utiliser cette approche, Hazen ajouta que Mayher était un citoyen américain et qu'il devrait prendre sa propre décision quand à ce qu'il devait faire.

Keyhoe demanda à l'Agence de confirmer que Hazen faisait bien parti de leurs effectifs toujours dans l'intention de dévoiler le rôle de la CIA dans l'étude des Ovnis. L'Agence refusa, malgré le fait que les représentants du CD portaient les pièces justificatives identifiant leur association à l'Agence.

Comme pour Davidson, la réponse de l'Agence à Keyhoe ne fit qu'alimenter les spéculations voulant que l'Agence soit profondément impliquée dans les observations d'Ovni. La pression pour obtenir les informations détenue par la CIA sur les Ovnis continua ainsi à croître. Bien que la CIA soit moins intéressé par les cas d'Ovnis, elle n'en continuait pas moins de surveiller ce qui s'y passait. Les agents de l'Agence sentaient le besoin de se tenir au courant sur les Ovnis pour en informer le DCI s'il y avait des rapports sensationnels.

Au début des années 60, Keyhoe, Davidson, et d'autres ufologues continuèrent d'harceler l'Agence pour la déclassification des informations sur les Ovnis.

Davidson clamait maintenant que la CIA " était l'unique responsable de la folie sur les Ovnis et qu'elle l'utilise comme d'un outil de guerre psychologique pendant la guerre froide depuis Cependant, en , à la suite de discussions à la maison Blanche sur les actions à entreprendre si une intelligence extraterrestre était découverte dans l'espace et qu'une nouvelle vague d'observations d'Ovni déferlait, le DCI John McCone demanda une mise à jour de l'évaluation du dossier Ovni à la CIA.

Keyhoe, l'un des fondateurs, n'étant plus actif dans l'organisation, les agents de la CIA rencontrèrent Richard H. Hall, le directeur par intérim. Hall donna aux agents des extraits de la base de données du NICAP sur les plus récentes observations. Il n'y avait toujours aucune évidence que ces Ovnis étaient une menace pour la sécurité des États-Unis ou qu'ils étaient " d'origine étrangère ".

En même temps que la CIA conduisait cette étude interne, la pression publique forçait l'USAF à établir un comité spécial ad hoc pour revoir le projet Bluebook. Son rapport n'offrait rien de nouveau.

Il déclarait que ces Ovnis ne menaçaient pas la sécurité nationale et qu'ils ne trouvèrent " aucun cas d'Ovni qui représentait une technologie ou une science se situant en dehors du cadre terrestre ".

Le Comité recommandait que les Ovnis soient étudiés intensivement par une université importante qui agirait comme coordonnateur pour le projet, afin de régler le problème définitivement. Le House Armed Services Committee a tenu aussi de brèves audiences sur les Ovnis en et a obtenu des résultats similaires.

Le secrétaire de l'USAF, Harold Brown, a informé le comité que la plupart des observations étaient aisément expliquées et qu'il n'y avait aucune évidence que des "êtrangers d'outre espace" aient visité la Terre. Il ajouta cependant que l'USAF gardait l'esprit ouvert et continuait l'étude de tous les rapports d'Ovnis. L'Agence refusa toujours de bouger. La réponse irréfléchie de Weber manquait de vision à long terme.

Il ne faisait qu'attirer encore plus l'attention sur le Comité Robertson dissous depuis 13 ans et sur le rôle de la CIA dans les investigations sur les Ovnis. Le rédacteur scientifique de The Saturday Review attira l'attention dans le pays entier, sur le rôle de la CIA dans l'étude des Ovnis quand il publia un article critiquant la "version expurgée" du rapport Robertson de et demanda la déclassification du document entier. A l'insu des agents de la CIA, le Dr. McDonald, un physicien atmosphérique renommé de l'Université de l'Arizona, avait déjà vu le rapport Durant sur les délibérations du Comité Robertson à Wright-Patterson, le 6 juin Il exigeait la déclassification complète des rapports du Comité Robertson et de Durant.

Cédant devant les pressions publiques et la recommandation de son propre Comité O'Brien, l'USAF annonça, en août , qu'ils étaient à la recherche d'une université importante qui accepterait un contrat pour entreprendre un programme intensif d'enquête sur les observations d'Ovnis.

Ce nouveau programme avait été conçu pour atténuer les continuelles déclarations que le Gouvernement avait quelque chose à dissimuler sur les Ovnis.

Condon, un physicien de l'Université du Colorado et ancien Directeur du National Bureau of Standards, accepta de diriger le programme.

Se décrivant lui-même comme un "agnostique" au sujet des d'Ovnis, Condon ajoutait qu'il avait un esprit ouvert sur la question et pensait que l'origine extraterrestre était " improbable mais pas impossible ". En février , Giller contacta Arthur C. Lundahl et DDI R. Jack Smith approuva la disposition comme une " porte de sortie " vis-à-vis de ce nouvel effort.

Aucun travail fait pour le comité par NPIC ne devrait être reconnu formellement. Ensuite, Ratchford demanda que Condon et son comité puissent visiter le NPIC afin de discuter des aspects techniques du problème et voir l'équipement spécial que le NPIC avait pour l'analyse photographique. De plus, le travail exécuté par le NPIC serait strictement de nature technique. Après avoir reçu ces principes, le groupe entendit une série de présentations sur les services et équipements non disponibles ailleurs qu'à la CIA qui avait été employé dans l'analyse de photographies d'Ovnis fournis par Ratchford.

Condon et son comité furent impressionnés. Condon et le même groupe se réunir à nouveau au NPIC, en mai , afin d'entendre une analyse des photos d'Ovnis prises à Zanesville, Ohio. L'analyse démystifia cette observation.

Le comité fut, encore une fois, impressionné par le travail technique exécuté et Condon remarqua que pour la première fois une analyse scientifique d'un Ovni tiendrait tête à l'enquête. Le groupe discuta aussi des plans du Comité de faire appel aux citoyens afin d'obtenir des photos supplémentaires et de publier des directives pour prendre des photos d'Ovnis utiles. En plus, les fonctionnaires de la CIA ont convenu que le Comité Condon puisse déclassifier le rapport Durant dans sa presque totalité, avec seulement quelques suppressions mineures.

En Avril , Condon et son comité déposaient leur rapport sur les Ovnis. Le rapport concluait qui peu de choses était ressorti de l'étude des Ovnis au cours des 21 dernières années et qu'étudier davantage les observations d'Ovnis était injustifié. Un comité spécial établi par la National Académy of Sciences examina le rapport Condon et arriva à la même conclusion: Les années 70 et Le rapport Condon n'a pas satisfaisait beaucoup d'ufologues, qui le considère comme une diversion pour mieux camoufler les activités de la CIA dans la recherche Ovni.

Des observations complémentaires du début des années 70 vinrent alimenter les croyances que la CIA était, d'une manière ou d'une autre, impliqué dans un complot de grande envergure. Spaulding était convaincu que l'Agence soustrayait des dossiers majeurs sur les Ovnis. Les agents de l'Agence fournirent à Spaulding une copie du rapport Robertson et du rapport Durant.

Le 14 juillet , Spaulding écrivit à nouveau à l'Agence en mettant en doute l'authenticité des rapports qu'il avait reçus tout en alléguant une nouvelle tentative pour étouffer l'affaire sur les activités Ovnis de la CIA. Gene Wilson, Coordonnateur de l'Information pour la CIA, répondit à Spaulding, en essayant de le satisfaire, "qu'à aucun moment antérieurement à la formation du Comité Robertson et postérieur à la publication du rapport du Groupe d'experts, la CIA ne s'est trouvé impliquée dans l'étude du phénomène Ovni.

Wilson était mal informé. En dépit d'une attitude antipathique de l'Agence envers les costumes trois-pièces, les agents, menés par Launie Ziebell du Bureau de l'Avocat Général, menèrent des recherches approfondies de documents relatifs aux Ovnis.

Persistant, exigeant, et même menaçant à la fois, Ziebell et son groupe fouillèrent partout. Ils trouvèrent même un vieux dossier d'Ovni sous le bureau d'une secrétaire. La recherche produisit finalement documents totalisant quelque pages. Le 14 décembre , l'Agence les déclassifiaient tous, sauf 57 représentant près de pages destinés au GSW. Il retenait ces 57 documents pour des raisons de sécurité nationale et pour protéger les sources et les méthodes.

Bien que les documents libérés ne contiennent aucune information extraordinaire et qu'ils ne révélaient que le peu d'intérêt que portait l'Agence au phénomène Ovni après le rapport du Comité Robertson de , la presse traita cette déclassification d'une manière sensationnelle.

Le New York Times, par exemple, a fait valoir que les documents déclassifiés montrent les préoccupations du gouvernement pour le phénomène Ovni et que l'Agence était secrètement impliquée dans la surveillance des Ovnis. Le GSW poursuivit l'Agence devant les tribunaux pour obtenir la déclassification des documents encore détenus, soutenant que l'Agence était toujours en possession de documents clefs. C'est comme pour l'assassinat de John F. Peu importe le nombre de documents que l'Agence publiait, et peu importe qu'ils soient ennuyeux et inconséquents, les gens continuent de croire que l'Agence est mêlée dans des tentatives de dissimulation et de conspiration.

Il n'y avait aucun programme actif de l'Agence pour recueillir des informations sur les Ovnis, et les documents déclassifiés pour le GSW seraient très peu censurés. Rassuré, Turner fit pression sur l'Avocat Général pour obtenir un jugement sommaire par rapport aux nouveaux procès du GSW. En mai , les tribunaux ont rejeté l'action en justice, estimant que l'Agence avait fait une recherche approfondie et adéquate en toute bonne foi.

Au cours de la fin des années 70 et 80, l'Agence conserva un intérêt modéré envers les Ovnis et les observations d'Ovnis. Si la plupart des scientifiques réfutaient maintenant les rapports de soucoupe volante dans le cadre pittoresque des années 50 et 60, certains au sein de l'Agence et de la communauté du renseignement transférait leur intérêt sur l'étude de la parapsychologie et des phénomènes psychiques associés aux observations d'Ovnis.

Les responsables de la CIA s'attaquaient aussi au problème de déterminer ce que les observations d'Ovnis pourraient dévoiler sur le progrès des soviétiques en matière de fusée et de missile et révisa ses aspects du contre-espionnage. Ces préoccupations du contre-espionnage venaient de ce que les Soviétiques et le KGB utilisaient des citoyens Américains et des associations sur les Ovnis pour obtenir des informations sensibles sur les programmes de développement d'armes américains tel que l'avion furtif , sur la vulnérabilité de la défense aérienne aux États-Unis dans l'utilisation de missiles calquant les caractéristiques des Ovnis, et les progrès évidents des soviétiques associés aux observations d'Ovnis.

La CIA s'occupait également de la coordination entre l'Intelligence Community et d'autres Agences pour ce qui concerne la parapsychologie, les phénomènes psychiques, et la vision à distance remote viewing. En général, l'Agence garda une attitude scientifique conservatrice devant ces problèmes scientifiques originaux.

Il n'y avait pas de projet formel ou officiel sur les Ovnis au sein de l'Agence pendant les années 80, et les fonctionnaires de l'Agence gardaient délibérément un minimum de dossiers sur les Ovnis pour ne pas créer de documents qui pourraient tromper le public s'ils étaient déclassifiés.

Les années 80 virent de nouvelles accusations sur le fait que l'Agence détenait des documents relatifs à l'incident de Roswell en dans lequel une soucoupe volante se serait prétendument écrasée au Nouveau Mexique, ainsi que sur l'apparition de documents révélant l'existence d'un projet américain top secret de développement et de recherche sur les Ovnis, responsable directement devant le Président, dans les années 40 et début des années Les ufologues ont longtemps suggéré que, suite à l'accident de soucoupe volante au Nouveau Mexique, en , le gouvernement avait, non seulement récupéré les décombres de la soucoupe écrasée, mais aussi quatre ou cinq corps d'extraterrestres.

Selon certain ufologues, le gouvernement a renforcé la sécurité pour garder le secret sur ce projet et refusait de divulguer les résultats d'enquête et de recherche. En septembre , l'USAF produisit un nouveau rapport sur l'incident de Roswell qui concluait que les débris trouvé au Nouveau Mexique en était probablement ceux d'un ballon du projet Mogul, autrefois top secret, conçu pour surveiller l'atmosphère dans le but de détecter des indices sur les essais nucléaires Soviétiques.

En , Circa est une série de documents qui firent surface et qui, pour certains ufologues, prouvaient que le président Truman a créé un Comité Top Secret en , baptisé Majestic, pour sécuriser la récupération d'une épave d'Ovni à Roswell et de tout autre futur accident d'Ovni en vue d'études scientifiques et pour examiner les corps d'extraterrestres récupérés sur de tels sites.

La plupart sinon la totalité de ces documents se sont révélés être fabriqués. Pourtant, la controverse persiste. Comme pour les théories du complot sur l'assassinat de JFK, la question des Ovnis n'est pas prête de disparaître, quoique l'Agence fasse ou dise. La croyance que nous ne sommes pas seuls dans l'univers comporte une telle charge émotionnelle, et la méfiance envers notre gouvernement est trop bien établie pour que le sujet se prête à des études scientifiques traditionnelles avec des preuves et des explications rationnelles.

Le lien pour voir ou revoir le documentaire. OVNI - Extra terrestres: Révélations sur des phénomènes inexpliqués. Depuis la nuit des temps, certains estiment les avoir vus. Ou bien y a-t-il des explications plus rationnelles? La question peut faire sourire, mais de très sérieux services du Ministère de la Défense française et de l'US Army mènent l'enquête depuis des dizaines d'années, et ont accepté d'ouvrir certains de leurs dossiers. Comment expliquer le fameux mystère de Roswell aux Etats-Unis?

Quelle crédibilité accorder aux témoignages surprenants de nombreux pilotes français de l'armée de l'air? Les plus grands spécialistes ont accepté de nous répondre. Les extra-terrestres débarquent-ils vraiment sur Terre? Un peu de lecture pour éclairer tous les esprits et leur permettre de se laver le cerveau de tous les mensonges qui nous sont assénés depuis des millénaires.

C'est ça le péché originel: Le sacrifice de quiconque pour quiconque est une pure hérésie en matière de vraie spiritualité, car personne ne peut se sacrifier pour vous, sauf en violant la règle Universelle du Libre-Arbitre ou dans l'intention de vous mentir ou de vous manipuler. Tant que le plus grand nombre d'entre-nous continuera à croire et à véhiculer cette pensée erronée, il continuera à accepter que l'ensemble des Christs que nous sommes, ce que représente l'Humanité, en tant que tous enfants de Dieu , acceptent de continuer à se sacrifier au profit des Illuminati-Sionistes-Reptiliens-Satanistes.

Est-ce que c'est ce que vous voulez? Vous êtes capables de tout remettre en cause: Et nous précisons encore une fois que les vrais juifs n'ont rien à voir avec les Sionistes-reptiliens, dont ils se servent comme des boucliers humains depuis des millénaires pour les exterminer quand bon leur semble et massacrer les autres peuples à leur unique profit sous prétexte de protéger la Terre Sainte d'Israël.

La seule chose qui soit sainte en ce monde, c'est la Terre car c'est une cellule à part entière de l'Univers. Dieu est en chacun de Nous dans notre ADN Divin et nulle besoin d'aller le chercher en dehors de nous, dans les religions, les églises et les temples, car notre corps est le temple de Dieu. Ce que vous fêtez le 24 décembre, ce n'est pas la naissance du Christ mais le solstice solaire d'hiver dont la date a été déplacée pour vous tromper, car le Christ qui a été un maître et non pas l'unique fils de Dieu, et il est né au mois de Juin et non pas au mois de décembre comme le calendrier des prêtres Grégoriens nous l'indique.

Dans les textes remplacez la Mésopotamie par Sumer, le pays qui est devenu par la suite la Mésopotamie et l'Irak que nous connaissons aujourd'hui. A la réécrire, certainement pas.

Pas de bataille à Jéricho. Quant à son successeur, le très sage Salomon, il ne sort pas davantage indemne de ces études archéologiques. Une migration qui se serait déroulée près de ans avant J. Bref, nous sommes bien loin du récit biblique. Une telle migration aurait forcément laissé des traces dans les textes égyptiens. De nombreux peintres ici La découverte de Moïse par la fille du pharaon, par Sir Lawrence Alma-Tadema, , collection privée , ont été inspirés par la légende des premiers jours de Moïse, qui aurait été retrouvé miraculeusement dans sa corbeille flottant sur les eaux du Nil.

Selon la Bible, Abraham et ses proches voyagent avec de nombreux chameaux, vers avant J. Mais l'archéologie montre que le dromadaire n'est pas domestiqué dans la région avant l'an avant J.

Elle était déjà là, sur place, comme le montrent toutes les traces archéologiques. Conséquence de ce qui précède: Certains y arrivaient, poussés par la faim, pour se nourrir dans une région fertile. Enfin, parfois, certains y arrivaient comme prisonniers de guerre.

Pas de murailles à Jéricho. Deuxième conséquence de ce qui précède, il faut réévaluer toutes les scènes de batailles qui racontent la prise de Canaan par Israël dans le Livre de Josué. David, roi ou bandit? Elle porte encore sur des questions politiquement plus sensibles, comme la grandeur réelle du royaume créé par David.

Selon les archéologues, des reliefs assyriens de ce genre auraient inspiré le récit légendaire de la prise de Jéricho par le peuple d'Israël, par un effet d'imitation. Que reste-t-il de la Bible après Israël Finkelstein? Mais il y a aussi David, le roi guerrier, et Salomon, le roi sage, le bâtisseur. La Bible attribue au roi David un territoire immense et des armées nombreuses. En réalité, ce souverain, s'il a existé, dirigeait au mieux quelques villages.

Rien à voir, donc, avec sa légende gravée ici par Gustave Doré. Avec Israël Finkelstein et Thomas Römer. Thomas Römer et al. Reprenons ces points successivement…. Sont-ils pour autant historiques? Au risque de décevoir leurs lecteurs, les auteurs affirment: Même absence de vestiges archéologiques dans le Sinaï, où les compagnons de Moïse ont, selon la Bible, erré pendant 40 ans. Là encore, la réalité archéologique contredit le Livre de Josué. Pour eux, les Hébreux sont en fait des peuplades indigènes de Canaan, qui ont développé progressivement une identité ethnique israélite.

Aux alentours de av. Au Sud, le royaume de Juda, plus pauvre, moins peuplé, gouverné depuis Jérusalem par les héritiers de David. Le royaume ressentit alors le besoin impérieux de posséder un document écrit qui le définît et le motivât. Des rois aux prêtres… En av. Mais ce sont les Babyloniens de Nabuchodonosor qui ravagent le royaume de Juda, incendient Jérusalem et détruisent le Temple en av.

En effet, les territoires israélites ne sont plus gouvernés par les descendants de David, la monarchie est hors-jeu: Les Judéens deviennent alors les Yehoudim, les Juifs….

La Bible dévoilée http: L'objet est alors authentifié par des spécialistes. Mais quelque temps plus tard, une enquête révèle que la tablette, de même qu'un ossuaire renfermant les restes de Jacques, frère supposé de Jésus, sont en réalité des faux. Des investigations dans plusieurs pays font apparaître que les faussaires n'en sont pas à leur coup d'essai: Les enquêteurs affirment aujourd'hui que plusieurs reliques de David et Salomon, seuls témoignages de leur existence, ne sont en réalité que des faux très élaborés.

Tout comme probablement David L'on ne peut d'ailleurs que constater que la Bible s'est largement inspirée des mythes proche orientaux et moyen orientaux

Au coeur de la Grande Conspiration Internationale ( partie 1, suite ).

Share this:

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.